La blessure de Louis Aragon

Par Cécile Dutheil (En attendant Nadeau)

Nathalie Piégay est tenace. Chercheuse et auteure d’ouvrages sur Louis Aragon, elle a voulu savoir qui était Marguerite Toucas-Massillon, la mère aimée et fuie de l’écrivain. Elle apparaît dans son œuvre par intermittence, au fil d’allusions que Nathalie Piégay, dans Une femme invisible, tâche de repérer, relier et compléter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une femme invisible n’est pas une biographie. L’auteure a abandonné sa robe d’universitaire pour endosser une voix plus intime. Elle prend la parole à la première personne. Discrète, elle se met en scène à la recherche d’une femme qui ne fut jamais légitime, ni au regard du droit de la famille ni au regard du droit de la littérature.