Élisabeth Borne précise les contours d’une réforme des retraites injustifiée

La première ministre a confirmé son intention de repousser l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans en 2031. Sa justification portant sur une urgence financière ne tient pourtant guère. Et les conséquences de la réforme, prétendument positive pour l’économie française, sont en fait très incertaines.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’exécutif avance méthodiquement ses pions dans la future bataille qui lui permettra, espère-t-il, de faire adopter la réforme des retraites qu’Emmanuel Macron a présentée lors de sa seconde campagne présidentielle. Et bien qu’il ait accordé aux syndicats quelques semaines de débats pour la forme, le cap n’a pas évolué. C’est ce que vient de confirmer la première ministre Élisabeth Borne, dans un entretien au Parisien.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal