Compte formation : le gouvernement veut que les salariés mettent la main au portemonnaie

Un amendement au projet de loi de finances prévoit que les salariés paieront une partie des formations financées par leur CPF. Après avoir annoncé la « révolution » en 2019, l’exécutif s’inquiète désormais de son coût. « C’est en contradiction avec le projet politique macronien ! », s’indigne l’ex-directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, qui a mis en place la réforme.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Du « big bang » à l’effondrement. Trois ans après avoir libéralisé le secteur de la formation et monétisé le compte personnel de formation (CPF), l’exécutif opère un retrait tactique. Il a déposé, samedi 10 décembre, un amendement au projet de loi de finances 2023 visant à faire peser sur les salarié·es une partie des coûts de leur formation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal