Grèves: la contestation ne faiblit pas

Les grèves persistent dans les raffineries, dans les ports et docks, l’énergie. Elles ont gagné lundi un autre secteur tout aussi stratégique que le pétrole, le traitement des ordures. Le point après les mobilisations de jeudi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « Non, ce n’est pas le chaos ! Tout le monde pourra venir. En voiture, en avion et j’espère en train. Il y aura du carburant dans les stations-service. Les pilotes d’Air France ont pris des engagements. Quant à la SNCF, j’espère d’ici lundi faire comprendre qu’on peut avoir un bon accord. » À huit jours de l’Euro de football, Manuel Valls tente de convaincre la presse européenne que tout rentre dans l’ordre sur le front social en France. C’est très loin d’être le cas. Et cela ne devrait pas s’arranger dans les prochains jours. À moins que le premier ministre ne fasse marche arrière sur le projet de loi sur le travail, ce qui n’est pas du tout dans ses intentions. « Reculer serait une faute politique », martèle-t-il. Si Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, devenue la bête noire du gouvernement et du patronat, promet de ne pas bloquer l’Euro, il n’est pas près d’appeler ses troupes à lever les blocages tous azimuts à travers le pays.