Suez-Veolia : « Au nom de la place de Paris »

Par

La bataille entre Veolia et Suez a mis en lumière les allégeances et les passe-droits au temps d’une présidence « jupitérienne ». Elle illustre la déliquescence d’un capitalisme prêt à s’affranchir de toute règle, pour conforter des rentes menacées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Personne ne sait réellement ce qui est censé se cacher derrière l’expression. Parle-t-on du capitalisme français ? Du secteur financier et bancaire dominé par les quatre grandes banques systémiques en France ? Ou du petit club d’une trentaine de dirigeants évoluant entre appareil d’État et CAC 40, qui règnent sur le petit monde parisien des affaires de plus de trente ans ?