Maladie professionnelle: «Les verriers de Givors sont en quête de justice»

Par

Les anciens salariés de la verrerie de Givors tombent malades ou meurent, quelques années après la fermeture de leur usine. Et si le travail était la cause de leurs cancers ? Le sociologue et historien Pascal Marichalar raconte le long combat pour la reconnaissance de la maladie professionnelle des verriers, mais surtout l'implacable cécité du droit français dans les affaires de santé au travail.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Givors, près de Lyon, la grande verrerie a fermé définitivement ses portes en 2003. Peu de temps après, lors de réunions rassemblant les ouvriers et leurs épouses, les anciens salariés font les comptes. Un nombre non négligeable d’entre eux sont malades, certains gravement. Tous se remémorent un père, un cousin, un copain, passé par l'usine, emporté plus jeune que la moyenne par un cancer.