L’Afrique lourdement handicapée par les fuites de capitaux

Par

Pour Mediapart, le professeur d’économie Léonce Ndikumana souligne le rôle des multinationales qui opèrent en Afrique, l’hypocrisie des États occidentaux et les changements à opérer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les « Paradise Papers », publiés depuis lundi 6 novembre par un consortium mondial de 96 médias, apportent de nouveaux éléments sur la manière dont des particuliers et des entreprises utilisent des structures offshore pour pratiquer l’évasion fiscale. Ces opérations représentent 350 milliards d’euros de pertes fiscales par an sur le plan mondial, selon Gabriel Zucman, économiste français et professeur à l’université de Berkeley (Californie).