Suicides, souffrances: les inspecteurs du travail mettent leur ministère en accusation

Par et

Depuis 2017, on compte cinq suicides et dix tentatives de suicide dans les rangs du ministère du travail. Les agents de contrôle, particulièrement à risque, dénoncent des conditions de travail qui se dégradent continuellement, mais aussi une volonté de leur hiérarchie de les faire pencher davantage du côté des employeurs. Le conflit commence dès l’école de formation. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la soirée du 27 février, un inspecteur-élève du travail a avalé une forte dose de médicaments dans les locaux de l'Institut national du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (INT), à Marcy-l'Étoile, près de Lyon (Rhône). Ce futur inspecteur du travail y résidait avec ses 44 compagnons de promotion entrés à l’INT à l’automne 2018, et qui devraient devenir inspecteurs en décembre 2019. Sa tentative de suicide, interprétée par ses plus proches camarades comme un « appel à l’aide », jette une lumière crue sur les fortes tensions traversant cet établissement public, placé sous la tutelle directe du ministère du travail. La ministre Muriel Pénicaud connaît d'ailleurs bien la maison : elle en a dirigé le conseil d’administration de 2006 à 2009, alors qu’elle était à la tête des ressources humaines de Dassault systèmes, puis de Danone.