Renault va mal, Carlos Ghosn prend du recul

Par et

Renault a annoncé, vendredi 10 octobre, le départ de la direction opérationnelle de Carlos Ghosn, PDG depuis trois ans. Il est remplacé par l'actuel numéro deux, Patrick Pelata. Une prise de distance envisagée «de longue date», selon le communiqué de Renault. Mais cet événement intervient après des mois de tourmente pour le groupe français: annonce de suppression de plusieurs milliers d'emplois en Europe et en France, fermeture partielle de l'usine de Sandouville (Seine-Maritime)...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'étoile de Carlos Ghosn brille avec moins d'éclat. Le patron de Renault-Nissan, jusqu'alors considéré comme intouchable depuis le redressement spectaculaire de Nissan, a pris du recul. Vendredi 10 octobre, à la surprise générale, le groupe automobile français a annoncé, dans un communiqué d'une page, que le numéro deux du groupe, Patrick Pelata, prenait la direction opérationnelle: «L'ensemble des membres du Comité exécutif de Renault lui reporte [se réfère à lui désormais] ainsi que les leaders des régions.»