Crise de la presse: comment fut loupé le virage du numérique

Par et
Deux ans après la clôture des états généraux de la presse écrite, comment s'est négocié le virage numérique? L'obsession de la survie des acteurs du papier a empêché toute réflexion, notamment éditoriale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les travaux des états généraux de la presse écrite auront commencé par un coup d'éclat venu du pôle numérique. Dix-sept minutes après l'ouverture des travaux du groupe de travail intitulé «les nouveaux modèles de la presse face au choc d'Internet», François Bonnet, directeur éditorial de Mediapart invité à participer à la réflexion, se lève et part définitivement. Il entend protester contre un processus dans lequel le pouvoir – le président de la République – se met en position de décider de l'avenir d'un contre-pouvoir – la presse.