Sous-traitance à La Poste, le procès

Par

Le tribunal de Nanterre juge ce lundi le recours trop systématique de La Poste à des sous-traitants, mal payés et moins bien traités que les facteurs classiques, au centre d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). L’enquête a été déclenchée par la noyade d’un livreur fin 2012. « On sous-traite l’intégralité de notre activité principale. On sait bien que ce n’est pas légal », affirme un manager de La Poste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le premier procès de la sous-traitance à La Poste. Ou plutôt celui de l’abus de sous-traitance. Ce lundi 13 mai, dans l’après-midi, le tribunal correctionnel de Nanterre va juger La Poste, en tant que personne morale, l’ancien responsable de son centre de tri d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) et un patron d’une petite entreprise sous-traitante du groupe, toujours composé de capitaux 100 % publics.