Grippe aviaire : la fronde dans les élevages de plein air s’amplifie

L’épidémie de grippe aviaire qui sévit depuis l’automne atteint un niveau jamais vu en France. Les autorités y répondent par des abattages massifs d’animaux et l’obligation d’enfermer les volailles. De plus en plus d’éleveurs de plein air, secteur où le virus n’a pas sévi, refusent de s’y soumettre.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Moncoutant-sur-Sèvre, La Forêt-sur-Sèvre (Deux-Sèvres).– L’arrêté préfectoral est arrivé un vendredi soir de la fin mars, par un courriel dans sa boîte. Il fallait, dans les dix jours, procéder à « l’abattage ou la mise à mort » de toutes les volailles présentes sur la ferme. Peu importe si elles étaient saines, propres à la consommation, ou encore en croissance pour quelques semaines, la langue administrative était claire. Il fallait procéder à un « dépeuplement préventif ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal