Areva et le scandale Uramin : l'Etat fantôme

Avant l’élection présidentielle de 2007, Anne Lauvergeon est inquiète : si Nicolas Sarkozy l’emporte, son ami Martin Bouygues a toutes les chances d’entrer au capital du groupe nucléaire, voire d’obtenir son démantèlement. La mise aux enchères d’Uramin par les vendeurs canadiens lui permet de lancer une contre-attaque éclair pour renforcer son pouvoir, en passant outre toutes les règles et les procédures de contrôle. Et l’administration laisse faire.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Attaquée, espionnée, Anne Lauvergeon a décidé de riposter. Lundi, l’ancienne présidente du directoire d’Areva a donné une conférence de presse pour dénoncer des manœuvres de déstabilisation, « venues du plus haut niveau », a-t-elle insisté. Manœuvres pour l’abattre, pour ternir son bilan. « Parce que je contrecarrais des intérêts privés qui souhaitaient le démantèlement d'Areva, qui souhaitaient récupérer des morceaux, qui souhaitaient pouvoir privatiser en particulier la mine. » « Je sais que j'ai heurté des intérêts privés, je sais que de ne pas être au club du Fouquet's pour faire du nucléaire, ça devenait un handicap tout à fait significatif », a-t-elle affirmé. Même Uramin, selon l’ancienne présidente d’Areva, est une affaire montée de toutes pièces. « L’Etat a validé en parfaite connaissance de cause son rachat », a-t-elle rappelé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Santé — Reportage
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Iran : un pays en révolte
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi