Areva et le scandale Uramin : l'Etat fantôme

Par

Avant l’élection présidentielle de 2007, Anne Lauvergeon est inquiète : si Nicolas Sarkozy l’emporte, son ami Martin Bouygues a toutes les chances d’entrer au capital du groupe nucléaire, voire d’obtenir son démantèlement. La mise aux enchères d’Uramin par les vendeurs canadiens lui permet de lancer une contre-attaque éclair pour renforcer son pouvoir, en passant outre toutes les règles et les procédures de contrôle. Et l’administration laisse faire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Attaquée, espionnée, Anne Lauvergeon a décidé de riposter. Lundi, l’ancienne présidente du directoire d’Areva a donné une conférence de presse pour dénoncer des manœuvres de déstabilisation, « venues du plus haut niveau », a-t-elle insisté. Manœuvres pour l’abattre, pour ternir son bilan. « Parce que je contrecarrais des intérêts privés qui souhaitaient le démantèlement d'Areva, qui souhaitaient récupérer des morceaux, qui souhaitaient pouvoir privatiser en particulier la mine. » « Je sais que j'ai heurté des intérêts privés, je sais que de ne pas être au club du Fouquet's pour faire du nucléaire, ça devenait un handicap tout à fait significatif », a-t-elle affirmé. Même Uramin, selon l’ancienne présidente d’Areva, est une affaire montée de toutes pièces. « L’Etat a validé en parfaite connaissance de cause son rachat », a-t-elle rappelé.