Chez Engie, le burn out menace jusqu’au sommet de l’entreprise

Par

Un rapport de la médecine du travail révélé par Mediapart indique qu’en 2017, un quart des « top executives » du groupe français étaient entrés « dans la spirale du burn out ». Ce chiffre alarmant a déclenché plusieurs réponses de la direction, qui assure que la situation est en voie de rétablissement. Mais des hauts cadres critiquent une « gestion des ressources humaines complètement défaillante ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En quelques mots secs et dénués d’affect, le document en dit beaucoup sur les répercussions concrètes, en termes de santé, découlant des hésitations stratégiques d’un grand groupe français. Des conséquences qui touchent directement les salariés jusqu’au sommet de l’entreprise. « 2017 : la moitié de la population ManCo vue, quasi-doublement en un an du nombre de salariés entrés dans la spirale du burn out [syndrome d’épuisement professionnel]. » C’est par cette phrase que débute le bilan annuel 2017 de la médecine du travail de Management Company. Dite « ManCo », cette entreprise est la filiale du groupe Engie qui abrite la plupart de ses plus hauts dirigeants – environ 380 en 2017, 250 aujourd’hui, selon la direction du groupe.