Alstom-Siemens: les actionnaires pensent d’abord à se servir

Par

Réunis en assemblée générale pour se prononcer sur l’intérêt d’une fusion entre Alstom et Siemens, les actionnaires ont surtout veillé à défendre les leurs, alors que Bruxelles a décidé d’ouvrir une enquête approfondie sur cette opération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À en juger par le cas Alstom, il faudra encore beaucoup de temps avant que l’élargissement de l’objet social de l’entreprise prenant en compte « les enjeux environnementaux et sociaux », comme prévu dans la loi Pacte, s’inscrive dans la réalité. Réunis en assemblée générale le 17 juillet pour voter les termes de la fusion à venir avec Siemens – approuvée à 95 % –, les actionnaires du groupe d’équipements ferroviaires et de transport français ont opté pour le rôle le plus convenu. Avant ce qui ressemble de plus en plus à une liquidation industrielle, tous n’ont veillé qu’à une chose : se servir.