Nokia aligne les «contre-vérités» pour défendre ses licenciements

Par

Un rapport remis aux syndicats de l’entreprise démonte les fausses justifications de l’entreprise pour son plan de 1 230 suppressions de postes, annoncé en juin. L’entreprise ne va pas si mal qu’elle l’affirme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le cadre généralement policé des relations officielles existant entre la direction d’une entreprise et le cabinet d’expertise mandaté par les élus du personnel pour évaluer ses orientations économiques, voilà un rapport qui détonne. Le cabinet Syndex, poids lourd du secteur (lire notre enquête sur le secteur de l’expertise), vient de livrer aux syndicats de Nokia France un document accusateur, qui décortique et conteste farouchement les explications avancées par la direction pour justifier les 1 230 suppressions de postes qu’elle a annoncées fin juin.