En Allemagne, un mouvement de désobéissance veut la sortie du charbon

Par

L'Allemagne n'a toujours pas de plan précis de sortie du charbon malgré son objectif de neutralité carbone en 2050 et ses ambitions de lutte contre le dérèglement climatique. Le mouvement Ende Gelände réclame la fermeture immédiate des mines de lignite et appelle à bloquer des équipements de l'électricien RWE à partir du 24 août en Rhénanie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, on a tellement glosé sur la sortie allemande du nucléaire qu’on en oublierait presque que l’État européen le plus peuplé devra aussi sortir du charbon. C’est dans la logique de l’Accord de Paris sur le climat et cohérent avec des décisions antérieures : en 2010, le gouvernement allemand s’était donné pour objectif de réduire de 80 à 95 % les rejets de gaz à effet de serre en 2050 (par rapport à 1990), et en 2013, l’accord de coalition entre la CDU, la CSU et le SPD avait confirmé cet horizon. En 2015, l’exécutif s’est engagé à fermer 2,7 gigawatts (GW) de centrales au lignite, soit 13 % du parc installé, d’ici 2020.