Dette grecque: les négociations reprennent dans un contexte tendu

Par

C'était l'une des promesses électorales d'Alexis Tsipras, juste avant la victoire de Syriza, en janvier 2015 : la dette publique grecque devait être restructurée. La négociation qui s'ouvre ce vendredi dans le cadre de l'Eurogroupe lui permettra-t-elle de tenir parole ? Pas sûr.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était l'une des principales promesses électorales d'Alexis Tsipras, en janvier 2015, et c'est aussi un engagement des Européens depuis novembre 2012 : la dette publique grecque doit être restructurée, son niveau actuel (176,9 % du PIB d'après les dernières données d'Eurostat) n'étant pas viable. D'un éventuel effacement partiel des obligations (haircut), on est toutefois passé au scénario du rééchelonnement. Et encore, il reste suspendu à la mise en œuvre, côté grec, de mesures d'austérité.