Pierre Moscovici n’a pas aimé notre parti pris à la suite des révélations des Panama Papers sur « l’insupportable tolérance face à la Société générale ». Il nous l’a écrit. S’estimant personnellement mis en cause en tant qu’ancien ministre des finances, aujourd'hui commissaire européen chargé des affaires économiques, il conteste « être le défenseur du lobby bancaire ». Nous lui avons proposé un entretien pour s’expliquer.