« Production de légumineuses, diminution des cheptels... » : ce que la PAC aurait dû encourager

Par

La nouvelle politique agricole commune rate son objectif, estime l’ingénieur agronome et chercheur Pierre-Marie Aubert. Le développement de l’agroécologie pourrait pourtant permettre de réduire fortement la facture climatique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La nouvelle PAC sera plus verte que la précédente, nous dit-on au ministère de l’agriculture. Sous-entendu : le versement des aides sera davantage conditionné à des pratiques respectueuses des écosystèmes. Mais qu’en est-il vraiment ? Pierre-Marie Aubert est ingénieur agronome et chercheur à l’Iddri, l’Institut du développement durable et des relations internationales. Il décrypte, pour Mediapart, les avancées et les reculs de cette nouvelle PAC qui entrera en vigueur en 2023.