Politique agricole : l’Europe à rebours de l’urgence

Exploitation de la main-d’œuvre immigrée, soutien à des sociétés florissantes, oubli des modes de production vertueux... La politique agricole commune (PAC), et ses 270 milliards d’euros à venir pour 2023-2027, passe à côté de l’urgence climatique et de la préservation de la biodiversité. Nos enquêtes, analyses et reportages.

Politique agricole européenne : le Parlement perd la bataille face aux États

Par
Annonce de l'accord sur la nouvelle PAC, sous l'égide de la présidence portugaise de l'Union européenne © Stephanie Lecocq / AFP Annonce de l'accord sur la nouvelle PAC, sous l'égide de la présidence portugaise de l'Union européenne © Stephanie Lecocq / AFP

En octobre, le Parlement européen avait acté quelques avancées pour la future politique agricole commune. Ce vendredi 25 juin, soit huit mois de négociations plus tard, il a perdu sur presque tous les tableaux, face aux 27 États membres, soucieux de favoriser les intérêts de l’industrie agroalimentaire.

« Production de légumineuses, diminution des cheptels... » : ce que la PAC aurait dû encourager

Par
Pierre-Marie Aubert. © Xavier Poux Pierre-Marie Aubert. © Xavier Poux

La nouvelle politique agricole commune rate son objectif, estime l’ingénieur agronome et chercheur Pierre-Marie Aubert. Le développement de l’agroécologie pourrait pourtant permettre de réduire fortement la facture climatique.

Gwénaël Floch, maraîcher bio : « Je me considère comme un oublié de la PAC »

Par
Gwénaël Floch sur son exploitation. © Amélie Poinssot / Mediapart Gwénaël Floch sur son exploitation. © Amélie Poinssot / Mediapart

À la tête d’une micro-ferme de 0,5 hectare, Gwénaël Floch ne touche quasiment aucune aide de la politique agricole commune (PAC). Comme lui, de nombreux producteurs bio seront exclus des prochaines subventions annoncées par le ministère. Ils ne décolèrent pas.

« Notre ferme est de plus en plus exposée aux aléas climatiques »

Par
Cyrille Guilloteau est producteur de lait bio depuis 2010 à Pancé, à 35 kilomètres au sud de Rennes. 23 juin 2021. © MC / Mediapart Cyrille Guilloteau est producteur de lait bio depuis 2010 à Pancé, à 35 kilomètres au sud de Rennes. 23 juin 2021. © MC / Mediapart

Éleveurs laitiers bio en Bretagne, Cyrille Guilloteau et Stéphanie Sabin déploient depuis dix ans sur leur ferme des pratiques agricoles vertueuses pour le climat. Mais en dépit de l’urgence climatique, la future politique agricole commune ne changera en rien leur quotidien.

Politique agricole commune: un nouveau cadre, sans nouvelle ambition

Par
Manifestation de la Confédération paysanne le 27 mai 2021 devant le siège de Pôle emploi, aux Lilas (Seine-Saint-Denis). © AmP / Mediapart Manifestation de la Confédération paysanne le 27 mai 2021 devant le siège de Pôle emploi, aux Lilas (Seine-Saint-Denis). © AmP / Mediapart

Les institutions européennes n’ont pas encore débouché sur un accord concernant la politique agricole commune (PAC) pour 2023-2027. Mais les grandes lignes sont connues. De son côté, le ministre de l’agriculture a dévoilé la semaine dernière les arbitrages français. Deux programmes tout aussi décevants pour les défenseurs de l’agroécologie.

Politique agricole commune: les gros chèques vont à des sociétés florissantes

Par
Evénement organisé en décembre 2019 à Miami (Etats-Unis) par la marque de champagne Perrier-Jouët. Cette filiale de Pernod Ricard a touché 2,5 millions d'euros de la PAC pour des actions de promotion à l'export. © Dimitrios Kambouris / Getty Images via AFP Evénement organisé en décembre 2019 à Miami (Etats-Unis) par la marque de champagne Perrier-Jouët. Cette filiale de Pernod Ricard a touché 2,5 millions d'euros de la PAC pour des actions de promotion à l'export. © Dimitrios Kambouris / Getty Images via AFP

La plateforme Pour une autre PAC, qui regroupe une cinquantaine d’organisations, publie ce mercredi 19 mai une enquête dénonçant sept cas problématiques d’entreprises françaises bénéficiant de subventions européennes. Dans le viseur : les groupes Lactalis et Jean Floc’h en Bretagne, mais aussi Pernod-Ricard dans le Grand-Est.

Ces eurodéputés qui bénéficient de la politique agricole commune et la votent

Par
Récolte de maïs ensilage (pour l'alimentatin animale)  près d'Arzal, dans le Morbilhan, septembre 2020 © AFP Récolte de maïs ensilage (pour l'alimentatin animale) près d'Arzal, dans le Morbilhan, septembre 2020 © AFP

Une dizaine d’agricultrices et d’agriculteurs, dont trois Français, siègent au Parlement européen tout en bénéficiant des subventions de la Politique agricole commune. La plupart sont en première ligne de la nouvelle PAC, dont le vote a commencé.

La nouvelle politique agricole commune oublie le changement climatique

Par
Dans un élevage industriel de poulets, dans la Sarthe. © Archives AFP Dans un élevage industriel de poulets, dans la Sarthe. © Archives AFP

Le Parlement européen a fini de voter vendredi la politique agricole commune (PAC) pour 2021-2027. Le Conseil des États membres a lui aussi rendu sa copie. Ni l’un ni l’autre n’intègrent le changement climatique et la chute de la biodiversité dans ce nouveau cadre.

Exploitation de la main-d’œuvre immigrée: un système cautionné par la PAC

Par
Manifestation pour réformer la PAC à Strasbourg, le 22 octobre 2019. © Amélie Poinssot Manifestation pour réformer la PAC à Strasbourg, le 22 octobre 2019. © Amélie Poinssot

La politique agricole commune n’a jamais conditionné ses subventions au respect du droit du travail dans les fermes. Mais à Bruxelles, le Covid-19 vient ébranler ce statu quo. Et en juin, le Parlement européen a voté une résolution pour que la réforme en cours tienne compte des travailleurs victimes du « dumping social ».

A Strasbourg, le Parlement européen interpellé pour réformer la politique agricole

Par
Tête de cortège de la manifestation «Pour une autre PAC», le 22 octobre 2019 à Strasbourg © Amélie Poinssot Tête de cortège de la manifestation «Pour une autre PAC», le 22 octobre 2019 à Strasbourg © Amélie Poinssot

La politique agricole commune (PAC), système d’aides publiques à l’agriculture et premier budget européen, n’est pas à la hauteur des urgences environnementales et climatiques. Mardi 22 octobre, une manifestation à l’appel de 38 organisations s’est déroulée à Strasbourg pour défendre une nouvelle politique. La réforme de la PAC pourrait être un levier de négociation important dans le nouveau Parlement.

Le candidat polonais peine à tracer une politique agricole commune

Par
Moisson à Oursel-Maison, dans l'Oise, août 2019. © Reuters Moisson à Oursel-Maison, dans l'Oise, août 2019. © Reuters

Le candidat au poste de commissaire à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, a été auditionné  par le  Parlement européen. Il est apparu très léger sur ce portefeuille en charge du premier budget communautaire, par ailleurs crucial face aux enjeux climatiques et environnementaux.

Tous les articles