Le Crédit mutuel Arkéa piétine les procédures sociales

Dans son projet de scission du Crédit mutuel, la banque Arkéa ne se borne pas à défier les autorités de tutelle, dont la Banque centrale européenne. Elle malmène aussi les procédures sociales et multiplie les provocations. Toutes les instances de représentation du personnel ont donc ajourné leurs travaux.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Présidée par l’ex-chiraquien et inspecteur des finances Jean-Pierre Denis, Arkéa est décidément une banque d’une curieuse espèce. Alors que le secteur de la finance jouit dans l’opinion d’une réputation qui n’est déjà guère glorieuse, l’établissement se laisse pourtant aller à des embardées qui risquent de ternir un peu plus son image. Ainsi la banque est-elle partie, tête baissée, dans une folle aventure, pour scissionner de la Caisse nationale du Crédit mutuel (CNCM). Et dans cette opération, comme l’a chroniqué Mediapart au travers de très nombreuses enquêtes, elle a constamment défié les autorités de tutelle, dont la Banque centrale européenne, sans jamais prendre en compte ses mises en garde.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal