Uber, Deliveroo, nos enquêtes

Uber, Deliveroo, Take it easy... Retour, avec nos enquêtes, entretiens et séries de reportages, sur les leurres de l'«ubérisation» du travail.

Les livreurs Deliveroo se mobilisent contre «les courses à deux balles»

Par
Un livreur Deliveroo, place de la République à Paris, le 7 août 2019. © Reuters/Charles Platiau Un livreur Deliveroo, place de la République à Paris, le 7 août 2019. © Reuters/Charles Platiau

Les livreurs Deliveroo se mobilisent cet été contre la nouvelle grille de tarifs – en baisse – dévoilée par la plateforme de livraison de repas. Ils protestent notamment contre la fin du minimum de rémunération, à 4,50 € par course. Reportage le 7 août au soir, aux côtés des livreurs, lors d’une action dans les rues de Paris.

Travailleurs «ubérisés», des salariés comme les autres?

Par
espacedetravail-travailleursuberises-illustration

Les coursiers à vélo et les chauffeurs VTC doivent-ils être considérés comme des salariés classiques ? L'Assemblée a voté récemment un article de loi instituant une « charte de responsabilité sociale », que pourront faire signer Uber ou Deliveroo. Elle accorde des droits supplémentaires aux travailleurs, mais est pensée pour qu’ils restent indépendants.

Chauffeurs et livreurs «ont droit à la transparence»

Par
Coursière Uber Eats à Gdansk (Pologne), le 18 juin 2019. © Reuters Coursière Uber Eats à Gdansk (Pologne), le 18 juin 2019. © Reuters

Comment les données personnelles peuvent-elles être retournées contre les plateformes de travail à la demande et utilisées comme moyen d’action collective ? C’est une des batailles de Paul-Olivier Dehaye, qui s’en est fait une spécialité. Mediapart l’a rencontré et interrogé sur l’écosystème des données, leur valeur, et sur la monnaie annoncée par Facebook. 

Pour la Cour de cassation, les coursiers à vélo sont des salariés comme les autres

Par
 © DR © DR

La plus haute juridiction française vient de trancher ce mercredi 28 novembre : au regard du droit, les livreurs de repas travaillant par l’intermédiaire de la plateforme Take Eat Easy, qui a fait faillite en 2016, ne peuvent pas être considérés comme des travailleurs indépendants. Les conséquences de cet arrêt pourraient être immenses.  

Les coursiers à nouveau en grève pour leurs conditions de travail

Par
 © Reuters © Reuters

Un an après un premier mouvement social, des coursiers à vélo tentent à nouveau d’organiser une mobilisation pour dénoncer leurs relations avec les plateformes de livraison de repas. Un amendement appuyé par le gouvernement les inquiète tout particulièrement.

Ubérisation: une enquête judiciaire ouverte sur Deliveroo

Par et
Le parquet de Paris a confié à l’Office central de lutte contre le travail illégal une enquête préliminaire sur la plateforme de livraison de repas à domicile © Reuters Le parquet de Paris a confié à l’Office central de lutte contre le travail illégal une enquête préliminaire sur la plateforme de livraison de repas à domicile © Reuters

Le parquet de Paris a confié à l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) une enquête préliminaire sur la plateforme de livraison de repas à domicile Deliveroo France, selon des informations obtenues par Mediapart. La société et ses dirigeants sont soupçonnés de « travail dissimulé ».

114 coursiers à vélo portent plainte contre Take Eat Easy

Par

La plateforme de livraison de repas, qui a fait faillite en 2016, est accusée d'avoir dissimulé le fait que ses coursiers étaient des salariés classiques, mais aussi d'avoir sciemment employé des personnes non enregistrées comme travailleurs indépendants. En guise de salaire, elle leur proposait parfois de commander des pièces détachées de vélo.

Avec Deliveroo, l’inspection du travail s’attaque à l’ubérisation

Par et
Un livreur Deliveroo à Paris, en avril 2017. © Reuters/Charles Platiau Un livreur Deliveroo à Paris, en avril 2017. © Reuters/Charles Platiau

Selon l’inspection du travail et l’Urssaf, la plateforme de livraison de repas à domicile n’emploie pas de vrais indépendants, et devrait traiter ses livreurs comme des salariés classiques. Le parquet est saisi à Paris et à Nantes. Le danger est réel pour cet emblème d’une société « ubérisée », pour l’instant couvert par la justice.

Les batailles de l'ubérisation en Europe

Par

Mediapart consacre régulièrement enquêtes et reportages à l'« ubérisation » de secteurs du travail en France. En écho, nous avons voulu offrir un éclairage à ces nouveaux mouvements sociaux qui, aux quatre coins de l'Europe, tentent de contrer la précarisation du monde du travail, et mener la bataille contre ces géants de la « nouvelle économie ». Une série en cinq épisodes, de Londres à Bruxelles, de la Pologne à l'Espagne.

CoopCycle, concurrent rêvé de Deliveroo

Par

Utopique et engagé, le projet CoopCycle entend battre sur son propre terrain le numéro un de la livraison de repas. Issus de la mouvance Nuit Debout, de jeunes militants tentent de créer un logiciel concurrent, destiné à des coursiers organisés en coopératives.

Des livreurs Deliveroo se battent contre la précarisation de leurs contrats

Par
Un livreur Deliveroo à Paris, en avril 2017. © Reuters/Charles Platiau Un livreur Deliveroo à Paris, en avril 2017. © Reuters/Charles Platiau

L’entreprise de livraison de repas va mettre fin à un système de paiement à l’heure, qu’elle réservait à ses coursiers à vélo les plus anciens. À Bordeaux, un mouvement de protestation s’organise contre cette fragilisation de travailleurs déjà vulnérables.

Les leurres de l’«ubérisation»

Par

En six enquêtes et entretiens, Mediapart explore l’«ubérisation du travail», aussi diverse et confuse soit cette notion.