CGT et gouvernement s'affrontent sur la représentativité des syndicats

Alors que de nouvelles règles de représentativité des syndicats doivent entrer en vigueur, la CGT accuse le ministère du travail de jouer la montre pour ne pas fragiliser l'accord sur l'emploi signé le 11 janvier: deux des trois syndicats signataires risquent de ne plus être reconnus. Le cabinet de Michel Sapin dément.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les détracteurs de l’accord sur la réforme du marché du travail, dit de « sécurisation de l'emploi » et signé le 11 janvier sans la CGT et Force ouvrière, le répètent en boucle. À quelques mois près, avec les nouvelles règles de représentativité syndicale issues de la loi du 20 août 2008, cet accord paraphé par seulement trois organisations syndicales sur cinq, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC, aurait été minoritaire, donc sans objet.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal