1er-Mai : « Il n’y a rien qui ne m’inquiète pas dans le programme de Macron ! »

À Paris et à Montpellier, la hausse des salaires et la réforme des retraites étaient dans toutes les bouches lors du traditionnel défilé du 1er-Mai. Pour ce premier rendez-vous social du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron, beaucoup ont aussi appelé de leurs vœux une union de la gauche aux législatives.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Paris et Montpellier (Hérault).– Un premier rendez-vous, et sûrement pas le dernier. Parmi les dizaines de milliers de manifestantes et manifestants ayant participé à ce 1er-Mai partout en France, un consensus s’est établi : défiler en cette journée ensoleillée, c’est certes participer à une tradition, prendre part à la journée internationale des travailleurs. Mais c’est aussi, et pour beaucoup, surtout, adresser un premier signal d’opposition à Emmanuel Macron, une semaine après sa réélection à la présidence de la République. À Paris et à Montpelier (Hérault), où Mediapart était présent, ce mot d’ordre était limpide.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal