Pour les accusés du procès de Bure, la politique du banc vide

Par

Premier jour d’audience pour les sept opposant·e·s au centre d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo et premier coup de théâtre : l’audience a dû s’arrêter en raison du droit à la manifestation exercé par les prévenu·e·s.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bar-le-Duc (Meuse).– L’audience du procès des militant·e·s de Bure commence comme tant d’autres, en ce mardi 1er juin : le juge préside la petite salle du tribunal correctionnel, réduite par la jauge imposée par les impératifs sanitaires. Assesseures, greffière, procureur, substitut, avocats, prévenu·e·s, soutiens, journalistes, gendarmes : tout le monde est là. Il est un peu plus de 9 heures du matin.