Hôpital: des chefs de service racontent dix ans de restrictions budgétaires

Par

L’hôpital va devoir composer en 2020 avec un budget à l’économie. Trois médecins qui comptent en Île-de-France, en position de management, voire impliqués dans les instances, racontent une décennie déjà d’austérité budgétaire. Leurs effets sur les conditions de travail d’abord, la qualité des soins désormais. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La grève des urgences n’est que le symptôme le plus visible de la crise de l’hôpital. Et à l'évidence, le gouvernement mesure mal le niveau d'alerte. Lundi 30 septembre, en présentant le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2020, il a dévoilé un objectif national de dépenses de l’assurance-maladie (Ondam) en hausse de 2,3 % seulement, très en deçà de la progression des dépenses de santé (lire l’analyse de Romaric Godin). C’est un plan d’économies en réalité, un de plus, auquel l’hôpital est sommé de prendre sa part, et même davantage. Depuis dix ans, en fait, il est devenu la variable d’ajustement de la sécurité sociale.