Suicide d'une policière : l'indécence de l'administration

Par

Anticipant sa condamnation par la justice administrative, le ministère de l'intérieur a reconnu in extremis, le 26 septembre 2014, le caractère professionnel du suicide d'une policière. Sans même en avertir ses proches et leur avocat…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le mépris de l’administration à l’égard de ses propres fonctionnaires laisse parfois sans voix. Depuis 2011, Mediapart a relaté les efforts entrepris par le conjoint et la famille de Nelly Bardaine, une gardienne de la paix de Cagnes-sur-Mer qui s'est tuée avec son arme en juillet 2011, pour faire reconnaître le caractère professionnel de son suicide. La policière avait laissé une lettre dénonçant la politique du chiffre et les méthodes de son commissaire. Pendant trois ans, le ministère de l’intérieur a opposé un mur de silence aux démarches de son compagnon, Franck Magaud, lui-même policier.