A Rennes, qu’ils soient élus ou gilets jaunes, les déçus du macronisme cherchent un port d’attache

Par

Comme partout en France, le mouvement des « gilets jaunes » se poursuit en Ille-et-Vilaine, terre de centre-gauche, où Emmanuel Macron et sa majorité l’avaient largement emporté en 2017. Deux ans plus tard, la déception est lourde dans le département. Pourtant, aucune opposition ne semble en mesure d’en profiter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rennes (Ille-et-Vilaine), envoyée spéciale.– La pièce est plongée dans le noir et le silence. Tous les yeux sont rivés sur les images d’une femme « gilet jaune » traînée sur plusieurs dizaines de mètres par deux policiers. La scène, projetée en ce lundi soir de février dans une salle municipale de Domagné-Chaumeré, a été filmée un mois plus tôt dans les rues de Rennes, à une trentaine de kilomètres d’ici, en plein « acte X » du mouvement fluorescent. Les images s’arrêtent, la lumière se rallume. « C’est scandaleux, souffle Noël, un artisan-boulanger qui manifeste depuis plusieurs semaines. Les agressions physiques ou verbales, c’est tous les samedis. »