Notre dossier «gilets jaunes»: la révolte des oubliés

Pour la première fois, le gouvernement se trouve confronté à un mouvement citoyen spontané, né à partir des réseaux sociaux. La contestation, au départ contre la hausse des taxes sur le diesel, s’est élargie à bien d’autres sujets. Nos reportages et nos analyses.

Au pays de Trump, les «gilets jaunes» inquiètent et inspirent

Par
 © Mathieu Magnaudeix © Mathieu Magnaudeix

Le mouvement des « gilets jaunes », surnommés « Yellow Vests » aux États-Unis, inspire la gauche américaine, qui y voit un écho à Occupy Wall Street. Il est aussi récupéré par des soutiens de Donald Trump et inquiète des voix libérales, promptes à dénoncer le « populisme ».

A Pantin, «on n’a pas besoin de Macron pour faire le grand débat!»

Par

En Seine-Saint-Denis, les « gilets jaunes », qui boycotteront la « mascarade » du débat organisé par le gouvernement, sont bien décidés à creuser leur propre sillon. Aussi longtemps qu’il le faudra.

Usul. Peut-on poser la question de la violence?

Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
thumbnail-usul-violence

Qu’elle vienne du pouvoir ou des manifestants, la violence est compliquée à justifier dans une société démocratique qui a fait le pari de régler les conflits par le dialogue et le jeu des élections. Mais quand plus personne ne veut jouer le jeu, la situation se grippe, et resurgit l’éternelle violence. Est-il possible de la défendre ?

«Gilets jaunes»: les violences policières au cœur de l’acte X

Par
Éric Drouet devant une banderole avec des visages de manifestants mutilés © Karl Laske Éric Drouet devant une banderole avec des visages de manifestants mutilés © Karl Laske

Pas convaincus par le « grand débat » d’ Emmanuel Macron, plus de 80 000 « gilets jaunes » ont manifesté, samedi 19 janvier, pour l’« acte X » de leur mobilisation. Au cœur des protestations : les violences policières et les mutilations que provoquent les armes type LBD (lanceurs de balle de défense).

«Gilets jaunes»: nos découvertes et nos surprises

Pour retrouver nos différents reportages sur les gilets jaunes, cliquer sur la flèche en haut de la carte. © Mediapart Pour retrouver nos différents reportages sur les gilets jaunes, cliquer sur la flèche en haut de la carte. © Mediapart

Mediapart a-t-il organisé une couverture biaisée du mouvement des gilets jaunes ? Avons-nous minimisé la présence de l’extrême droite, négligé ou sous-estimé la virulence anti-élites et anti-élus ? Retour et explications sur deux mois de travail, où nous avons d’abord voulu raconter l’inédit. Un inédit qui met à bas bon nombre de grilles de lecture classiques.

Philippe Corcuff: «Le confusionnisme actuel profite à la droite extrême»

Par

Comment l’effondrement des repères séparant droite et gauche favorise-t-il l’extrême droite, par le biais de théories complotistes ? Comment ces circuits s’articulent-ils ? Quelle est leur importance au sein des « gilets jaunes » ? Mediapart a demandé de plus amples explications au sociologue Philippe Corcuff.

«Gilets jaunes»: l’ultradroite reprend des couleurs

Par

Depuis la mi-novembre, la mouvance hétéroclite de l’extrême droite radicale tente de se refaire une santé grâce au mouvement des « gilets jaunes ». Des identitaires aux royalistes, en passant par les conspirationnistes dieudonno-soraliens, tour d’horizon d’une nébuleuse dopée par cette mobilisation aux contours politiques inédits.

«Gilets jaunes»: la querelle des interprétations

Par
capture-d-e-cran-2019-01-17-a-16-41-22

La violence, l’ombre de l’extrême droite et les dangers de la remise en cause radicale de la démocratie représentative par les « gilets jaunes » sont-ils des raisons pour en condamner les formes et les fins ? Le mouvement génère un nombre croissant d’inquiétudes. Son interprétation suscite une violence croissante des échanges en milieu habituellement tempéré.

Manifestations: en finir avec ces armes qui mutilent

Par et
À Paris, près de l'Arc de triomphe, le 12 janvier 2019. © Reuters À Paris, près de l'Arc de triomphe, le 12 janvier 2019. © Reuters

Selon plusieurs décomptes, une centaine de « gilets jaunes » ont été grièvement blessés, principalement par des tirs de flashball et de grenades explosives, au cours de la mobilisation. Depuis une dizaine d’années, les victimes de ces armes, dont la dangerosité est unanimement reconnue, en demandent l’interdiction. Il est temps que l’État les entende et comprenne que la stratégie d’escalade dans laquelle il a engagé les forces de l’ordre mène au pire.

A Toulouse, la police dans la mire d’un observatoire civil

Par
opptoulouse

L’Observatoire toulousain des pratiques policières devrait rendre un rapport avant la fin du trimestre. Porté par la LDH, la Fondation Copernic et des avocats du SAF, ce dispositif décortique la gestion du maintien de l’ordre lors des manifestations. La préfecture apprécie moyennement.

«Gilets jaunes»: un mouvement qui s’écrit en vidéos

Par
Image extraite de la vidéo réalisée par Line Press, où l'on voit Christophe Dettinger boxer des CRS. © Line Press Image extraite de la vidéo réalisée par Line Press, où l'on voit Christophe Dettinger boxer des CRS. © Line Press

André Gunthert, chercheur en histoire visuelle, revient sur les vidéos des affrontements entre gilets jaunes et forces de police, vidéos devenues symboliques de la crise médiatique et de la prise du pouvoir sur le récit par les gilets jaunes, mais aussi par l’ensemble des internautes. 

«Les gilets jaunes veulent décider, pas juste participer»

Par
 © Mediapart © Mediapart

Débat sur la consultation nationale engagée par le gouvernement et les autres pistes à explorer pour répondre aux revendications des «gilets jaunes» d’obtenir de nouveaux droits politiques. 

Violences policières: la parole des blessés

Par
 © Mediapart © Mediapart

Des personnes mutilées, une mère de famille et une secouriste sont venus témoigner dans notre émission.

Gilets jaunes: les armes de l’escalade policière

Par

Selon un document obtenu par Mediapart, le directeur central des Compagnies de sécurité (CRS) a ordonné le déploiement de policiers armés de fusils d’assaut lors des manifestations du 12 janvier. Une militarisation qui va de pair avec l’emploi quasi systématique, et non réglementaire, des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades GLI-F4. Panorama des armes utilisées et de leurs conséquences.

Violences policières: Castaner nie, LREM ouvre un œil

Par
Manifestants lors du déplacement d’Emmanuel Macron dans l’Eure, le 15 janvier 2019. © Reuters/Gonzalo Fuentes Manifestants lors du déplacement d’Emmanuel Macron dans l’Eure, le 15 janvier 2019. © Reuters/Gonzalo Fuentes

Le 15 janvier, Emmanuel Macron a officiellement lancé le « grand débat », lors d’un déplacement dans l’Eure, sous haute sécurité. La pression policière ne faiblit pas, alors que le gouvernement réfute toute dérive des forces de l’ordre. LREM, de son côté, pourrait timidement mettre la question à l’agenda lors de la discussion du projet de loi « anticasseurs ».

Liberté de manifester: un député porte plainte contre Castaner

Par

Le député La France insoumise Ugo Bernalicis accuse le gouvernement de vouloir restreindre la liberté de manifester. Il a déposé une plainte contre le ministre de l’intérieur, qui a fait des potentiels manifestants de possibles complices de violences.

Macron réduit le «grand débat» à ses propres choix politiques

Par et
 © Reuters © Reuters

Avec sa Lettre aux Français, le président de la République a surtout cadré les discussions pour qu’elles épousent sa politique économique et sociale. Il ne remet pas en cause, côté institutionnel, l’hyperprésidentialisme. Mais repose sur la table l’immigration et la laïcité.

Les nouveaux pilotes du «grand débat» déjà critiquables

Par

Deux membres du gouvernement vont piloter le « grand débat ». Mais ne sont-ils pas juge et partie ? Et que vont penser les « gilets jaunes » de l’ancienne rémunération d’Emmanuelle Wargon et de ses prises de position lorsqu’elle était en poste chez Danone ?

Immigration: la question des «quotas» ressurgit

Par

C’est l’une des questions posées dans sa Lettre aux Français par Emmanuel Macron : « En matière d’immigration […], souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? » De quoi relancer le débat sur les quotas.

Notre série: penser le mouvement des «gilets jaunes»

Né sur les réseaux sociaux, le mouvement des « gilets jaunes » bouscule le pouvoir. Plusieurs universitaires et écrivains apportent leur éclairage à cette mobilisation citoyenne sans précédent. Entretiens avec Sophie Wahnich, Arno Bertina, Danielle Tartakowsky, Eric Hazan, Alain Bertho, Leslie Kaplan et David Graeber.

«Grand débat»: ce qu’expriment les cahiers de doléances

Par

Mediapart a épluché plusieurs cahiers de doléances dans les mairies de la Meuse et de Meurthe-et-Moselle. Les revendications sont d’abord de justice sociale, de hausse de pouvoir d’achat, enfin de profonde réforme politique.

À Bourges, «il faut que les choses bougent, et vite»

Par
 © D.I. © D.I.

Les déclarations d’Emmanuel Macron sur le « sens de l’effort » et de Christophe Castaner sur la liberté de manifester n’ont pas découragé les « gilets jaunes », qui ont défilé à Paris et dans toute la France plus nombreux que la semaine dernière. Pour la première fois, un appel avait été lancé pour converger ailleurs qu’à Paris. Dans la préfecture du Cher, plus de 6 000 personnes étaient au rendez-vous, dans un mélange détonnant de mobilisation bon enfant et de rancœur de moins en moins contenue.

«Gilets jaunes»: l’acte IX maintient à la hausse la mobilisation et la tension

À Paris, lors de l'acte IX des gilets jaunes, place de la Bastille. © KL À Paris, lors de l'acte IX des gilets jaunes, place de la Bastille. © KL

Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron (sur le « sens de l’effort ») et de Christophe Castaner (sur la liberté de manifester) n’ont pas découragé les « gilets jaunes », qui ont défilé à Paris et dans toute la France en nombre sensiblement à la hausse par rapport à la semaine dernière. Des affrontements avec les forces de l’ordre ont également eu lieu sur les Champs-Élysées et dans plusieurs villes en région.

A Commercy, les «gilets jaunes» expérimentent la démocratie directe de l’assemblée populaire

Par
Le premier appel des « gilets jaunes » de Commercy. © DR Le premier appel des « gilets jaunes » de Commercy. © DR

Dans cette petite ville de la Meuse, les « gilets jaunes » ont créé depuis deux mois une assemblée populaire et citoyenne. Le modèle fait école : le 26 janvier, une trentaine de délégations venues de toute la France se réuniront à Commercy. Reportage sur ce que certains gilets jaunes définissent comme un « municipalisme libertaire ».

Les gauches françaises au révélateur des «gilets jaunes»

Par
Jean-Luc Mélenchon avec un "gilet jaune" lors de la Marche pour le climat, à Bordeaux, le 8 décembre. © Reuters Jean-Luc Mélenchon avec un "gilet jaune" lors de la Marche pour le climat, à Bordeaux, le 8 décembre. © Reuters

Les « gilets jaunes » sont-ils un piège ou une bénédiction pour la gauche ? Soutien sans faille du mouvement, La France insoumise s’est sentie pousser des ailes, mais elle est bien incapable de prédire à qui bénéficiera cette mobilisation. Les autres partis politiques, du PCF à Génération·s, sont plus critiques, au risque d'être marginalisés.

«Gilets jaunes» et médias, deux mondes qui se regardent sans se comprendre

Par
Des gilets jaunes regardent l'allocution présidentielle du 10 décembre 2018. © Reuters Des gilets jaunes regardent l'allocution présidentielle du 10 décembre 2018. © Reuters

La fracture entre les « gilets jaunes » et les médias traditionnels semble irrémédiable. Les journalistes, qui cachent parfois mal leur mépris face au mouvement, sont la cible d’injures, de menaces et parfois même de coups. Loin des plateaux et des studios classiques, un écosystème cohérent, accueillant pour les militants, a éclos sur les groupes Facebook.   

Les «gilets jaunes» face à la crise démocratique

Par

Le mouvement des «gilets jaunes» a placé la critique des institutions de la Ve République au cœur de ses revendications. Entretiens avec trois chercheurs en science politique sur les causes profondes de ce phénomène, et les réponses envisagées.

«Gilets jaunes»: à Toulon, le commandant Andrieux a bien porté des coups le premier

Le commandant Andrieux. © Mediapart Le commandant Andrieux. © Mediapart

Le 5 janvier, à Toulon, le commandant Didier Andrieux a frappé plusieurs fois des manifestants, au mépris des règles de maintien de l’ordre selon de nouvelles vidéos obtenues par Mediapart. Ce qui remet en cause la version défendue par son avocat.

Les bénéficiaires de la «cagnotte des policiers» sont liés au syndicat Alliance

Par
Capture d'écran de la cagnotte « Leetchi » à 21 h ce vendredi. © Mediapart Capture d'écran de la cagnotte « Leetchi » à 21 h ce vendredi. © Mediapart

La direction générale de la police nationale met en garde les donateurs de la « cagnotte des policiers » lancée à l'initiative du président de la région PACA Renaud Muselier. Les fonds seront redistribués par une amicale qui a un partenariat exclusif avec Alliance police nationale, syndicat classé à droite.

Les services de santé ont fiché des «gilets jaunes» blessés

Par et
Des secours emportant un manifestant blessé, à Paris le 1er décembre 2018. © Reuters Des secours emportant un manifestant blessé, à Paris le 1er décembre 2018. © Reuters

Lors des journées d’action des 8 et 15 décembre, la Direction générale de la santé a activé le dispositif SIVIC, normalement prévu pour les situations d’attentat afin d’assurer un suivi des victimes et aider à la recherche de personnes. Depuis mars 2018, ces données sont ouvertes aux agents du ministère de l’intérieur. « Le personnel de santé se transforme peu à peu en auxiliaire de police », dénonce l’Association des médecins urgentistes de France.

En Italie, le gouvernement manifeste son soutien aux «gilets jaunes»

Par
Luigi Di Maio, ministre du travail, et Matteo Salvini, ministre de l'intérieur, en juin 2018. © Reuters Luigi Di Maio, ministre du travail, et Matteo Salvini, ministre de l'intérieur, en juin 2018. © Reuters

Les leaders des deux partis du gouvernement italien, Matteo Salvini (Ligue, extrême droite) et Luigi Di Maio (Cinq Étoiles), se sont exprimés lundi en faveur des « gilets jaunes » français. En ligne de mire : leur opposition à Emmanuel Macron, et la recherche de nouvelles alliances en vue des élections européennes.

«Gilets jaunes»: la violence du pouvoir attise la violence du pays

Par
Une œuvre de l'artiste Pascal Boyart, alias PBOY, en hommage aux « gilets jaunes » sur les murs de Paris, le 7 janvier. © Reuters Une œuvre de l'artiste Pascal Boyart, alias PBOY, en hommage aux « gilets jaunes » sur les murs de Paris, le 7 janvier. © Reuters

Le premier ministre a annoncé, lundi 7 janvier, une aggravation de l’arsenal sécuritaire avec notamment une loi contre les casseurs et les manifestations non déclarées, ainsi qu’un ciblage préventif de manifestants supposés violents. Sans un mot sur les violences policières, ce choix répressif tourne le dos aux exigences démocratiques confusément portées par les gilets jaunes.

Usul. «Gilets jaunes», médias, police: la triple mésentente

Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
 © Mediapart © Mediapart

Rétifs à tout classement, difficiles à approcher, résolus à ne reconnaître aucun porte-parole, les « gilets jaunes » ont déstabilisé les journalistes, quand ils ne les ont pas tout à fait déboussolés. Travailler sur ce sujet n’est donc pas une tâche aisée pour les professionnels des médias.

A Toulouse, l’étoffe des gilets jaunes s’épaissit

Par
A l'Assemblée générale des gilets jaunes toulousains, dimanche 6 janvier. © MR A l'Assemblée générale des gilets jaunes toulousains, dimanche 6 janvier. © MR

Les gilets jaunes toulousains ont tenu leur troisième assemblée générale dimanche 6 janvier. Dans la ville qui s’affirme comme une place forte de la fronde, le mouvement se structure et veut s’élargir jusqu’à Commercy, dans la Meuse où l’appel à une coordination nationale a été lancé.

Les femmes «gilets jaunes» haussent le ton

Par
img-4758

Quelques heures après l’acte 8, les femmes « gilets jaunes » ont à nouveau défilé, dimanche 6 janvier, un peu partout en France, pour protester contre les violences policières et marquer leur place dans le mouvement. Mais aussi car elles sont « des travailleuses, moins bien payées que les hommes ». 

«Gilets jaunes»: le gouvernement est déterminé à en finir

Par
Manifestation à Paris en décembre 2018. © (dr) Manifestation à Paris en décembre 2018. © (dr)

Les gilets jaunes, c’est fini ! C’est en tout cas ce qu’exige le gouvernement qui, par la voix de son porte-parole, a qualifié « d’agitateurs qui veulent l’insurrection » ceux qui s’apprêtent à manifester ce week-end. Le pouvoir assume plus que jamais la violence policière.

«Gilets jaunes»: des interpellations massives, la justice dans l’embarras

Par et
Eric Drouet lors de son interpellation à Paris © DR Eric Drouet lors de son interpellation à Paris © DR

La seconde interpellation d’Éric Drouet suscite de vives réactions. Depuis le début du mouvement, le pouvoir a choisi de multiplier les interpellations et a demandé « la plus grande fermeté ». Les dossiers judiciaires sont pourtant parfois vides.

Partout en France, les «gilets jaunes» maintiennent la pression

Devant le pont des Arts, Paris, 5 janvier 2019. © Abdulmonam Eassa Devant le pont des Arts, Paris, 5 janvier 2019. © Abdulmonam Eassa

Des manifestations ont rassemblé plusieurs milliers de personnes à Paris, Bordeaux, Caen, Rouen, Lyon... Les affrontements avec les forces de l’ordre ont globalement été moins nombreux que les semaines précédentes, notamment à Paris où les manifestants ont tenté de rejoindre l’Assemblée nationale. Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dû être évacué de ses bureaux après que la grille d’entrée a été forcée.

«Gilets jaunes»: la mobilisation baisse en France, devient anecdotique à Paris

Par
Un manifestant à Montceau-les-Mines, le 29 décembre 2018. © DR Un manifestant à Montceau-les-Mines, le 29 décembre 2018. © DR

Si, à Paris, les « gilets jaunes » se sont concentrés devant les sièges des grands médias nationaux, une mobilisation d’assez basse intensité s'est poursuivie un peu partout en France, notamment dans les villes moyennes. Le mouvement semble réserver ses forces pour janvier.

Gilets jaunes: la responsabilité des gauches

Par
capture-d-e-cran-2018-12-31-a-00-47-23

Le meilleur allié du pouvoir face aux « gilets jaunes » est l’extrême droite, dont l’action antisémite et raciste ruine les exigences démocratiques et sociales du mouvement. La responsabilité des gauches est dès lors décisive pour éviter ce face-à-face mortifère. Or, à force de divisions et de précautions, elles risquent de manquer ce rendez-vous.

Le référendum d’initiative citoyenne, un outil utile mais partiel pour enrichir la démocratie

Par

La revendication du RIC par les gilets jaunes a suscité beaucoup d’objections. Si certaines trahissent un réflexe élitiste, d’autres sonnent utilement l’alerte pour la préservation des libertés fondamentales. En tout état de cause, le RIC ne réglera pas les problèmes démocratiques posés par la Ve République et le cadre européen. 

Comment fonctionne la démocratie directe suisse

Par
Le drapeau suisse flottant sur Genève. © Reuters Le drapeau suisse flottant sur Genève. © Reuters

La Suisse a pu apparaître comme un exemple pour les promoteurs du référendum d’initiative citoyenne (RIC). Mais l’usage des instruments de la démocratie directe helvétique ne prend son sens que dans un système politique global fondé sur l’équilibre entre les démocraties directe, représentative et fédérale.

Les aspirations des gilets jaunes sur la démocratie révèlent les failles de LREM

Par
À Paris le 1er décembre. © Reuters À Paris le 1er décembre. © Reuters

Les revendications des gilets jaunes pour un renouveau démocratique sont présentées comme une aubaine par La République en marche. Le parti avait fait de l'écoute et de l'ancrage local ses fondamentaux. Mais LREM ne procède aujourd'hui qu'avec verticalité, sans véritable relais auprès de la population.

Macron face à l’équation d’un retour aux urnes

Par
Macron, lors de son investiture, le 8 mai 2017. © Reuters Macron, lors de son investiture, le 8 mai 2017. © Reuters

Depuis un demi-siècle, aucune figure du pouvoir exécutif n’a pu résister à une crise politique de l’ampleur de celle des gilets jaunes. C’est la question posée à Emmanuel Macron : comment sauver son quinquennat ? La mission paraît impossible sans repasser devant les électeurs.

Le projet de loi «gilets jaunes» adopté à l’Assemblée nationale

Par

Après une nuit de débats parfois tendus, le projet de loi censé répondre au mouvement des « gilets jaunes » a été adopté par les députés. La majorité de droite au Sénat a indiqué qu’elle voterait ce vendredi ce texte en l’état compte tenu de son caractère « urgent ».

Ronds-points démontés, gilets jaunes toujours remontés

Par
À Montceau-les-Mines, le campement des gilets jaunes a été reconstruit après sa destruction par les policiers. © Pierre-Gaël Laveder À Montceau-les-Mines, le campement des gilets jaunes a été reconstruit après sa destruction par les policiers. © Pierre-Gaël Laveder

Partout sur le territoire, des ronds-points sont évacués et des campements démantelés. Le gouvernement espère mettre un terme au mouvement des gilets jaunes avant les fêtes de fin d'année. Mais sur le terrain, la mobilisation ne faiblit pas vite.

Pourquoi la colère sociale n’est pas près de s’apaiser

Par

Face au puissant mouvement des « gilets jaunes », le chef de l’État a dû prendre des mesures pour stimuler le pouvoir d’achat. Mais il s’y est résolu de la pire des manières : en essayant qu’aucune des dispositions prises ne contrevienne à sa doxa néolibérale.

Croissance: les gilets jaunes fixent le bon cap

Par

La « Note de conjoncture » publiée par l’Insee apporte la preuve que la politique pro-CAC 40 conduite à grands frais par Emmanuel Macron asphyxie l’économie française, et que seules des mesures en faveur du pouvoir d’achat sont de nature à soutenir la consommation et l’activité.

Gilets jaunes: «Les mobilisations sur les ronds-points vont reprendre»

Par
Priscillia Ludosky © Mediapart Priscillia Ludosky © Mediapart

Entretien vidéo avec Priscillia Ludosky, figure des gilets jaunes, qui explique comment se sont conjuguées revendications sur le pouvoir d’achat et sur la transformation des institutions. La sociologue Léa Mestdagh commente les résultats de la première enquête d’ampleur menée sur la mobilisation.

De gauche à droite, chacun cherche son référendum

Par et
En pleine conférence de presse, François Ruffin cite Étienne Chouard sous le regard éberlué de ses collègues. © . En pleine conférence de presse, François Ruffin cite Étienne Chouard sous le regard éberlué de ses collègues. © .

La France insoumise, le PS, mais aussi LR et le RN veulent montrer qu’ils sont les mieux à même de porter le référendum d’initiative citoyenne réclamé par les « gilets jaunes ». Mais chacun avance ses spécificités. Et ses ambiguïtés.

«Grand débat»: le pouvoir fixe déjà ses lignes rouges

Par
La présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno. © Facebook/Chantal Jouanno La présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno. © Facebook/Chantal Jouanno

Alors que la Commission nationale du débat public (CNDP) s’inquiète d’une trop forte main-mise de l’exécutif sur le « grand débat » promis par Emmanuel Macron, le gouvernement a déjà prévenu qu’il n’était pas question de revenir sur les « transformations » engagées depuis le début du quinquennat.

«Gilets jaunes»: les fantassins du discrédit

Par
Une manifestante, le 15 décembre 2018, sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris. © Reuters Une manifestante, le 15 décembre 2018, sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris. © Reuters

Le mouvement des « gilets jaunes » met en lumière le discrédit qui frappe tous les récits officiels. Ce qui a été refoulé depuis 30 ans resurgit sous une forme chaotique, sauvage mais résolue. Une sorte de contre-puissance obscure, celle d’un monde social qui résiste aveuglément au néolibéralisme et à son agenda.

Gilets jaunes: après les annonces de Macron, l’intendance priée de suivre

Les mesures promises par le président de la République ont donné lieu à une semaine de réflexions tous azimuts au gouvernement, au Parlement et dans l’administration. Le plan de l’exécutif a été détaillé par Édouard Philippe. Il doit désormais être traduit dans la loi et dans l’urgence.

«Gilets jaunes»: la majorité croit voir le bout du tunnel

Par
compte Twitter d'Aurore Bergé © AB compte Twitter d'Aurore Bergé © AB

Après une forte baisse de la participation ce samedi, la majorité espère que la contestation va s’éteindre. Pour les partis d’opposition, l’heure du bilan – électoral – de ce soulèvement semble avoir déjà sonné.

Grenades contre «gilets jaunes»: Castaner visé par une plainte

Par
À Paris, le 15 décembre. © Reuters À Paris, le 15 décembre. © Reuters

Antoine, un jeune manifestant de 26 ans qui a eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 le 8 décembre à Bordeaux, a déposé plainte contre le ministre de l’intérieur Christophe Castaner pour sa responsabilité dans « la mise à disposition » de cette arme aux forces de l’ordre.

Les Champs, toujours fluo sous les lacrymos

Par
Une charge des forces de l'ordre, vers 16 heures, sur les Champs-Élysées. © Karl Laske Une charge des forces de l'ordre, vers 16 heures, sur les Champs-Élysées. © Karl Laske

Le reflux de la mobilisation n’a pas empêché de nombreux « gilets jaunes » de rejoindre les Champs-Élysées, où des heurts ont éclaté à partir de 16 heures. Des policiers à moto armés de flashball ont fait leur apparition dans les rues.

«Gilets jaunes», acte V: moins de monde mais autant de colère

Par
Un père Noël en gilet jaune, le 15 décembre, à Paris. © Reuters Un père Noël en gilet jaune, le 15 décembre, à Paris. © Reuters

Pour ce cinquième samedi consécutif de mobilisation, les « gilets jaunes » ont rassemblé moins de monde que les semaines précédentes. En fin de journée, le ministère de l’intérieur dénombrait 66 000 manifestants dans toute la France, contre 125 000, presque le double, le 8 décembre. Des affrontements ont eu lieu à Paris, Bordeaux ou Nantes, mais, eux aussi, sont restés moindres que les semaines précédentes.

A Saint-Nazaire: «Je ne suis pas en lutte, je suis une lutte»

Par Pierre-Yves Bulteau
"Maison du peuple" de Saint-Nazaire, décembre 2018. © PYB "Maison du peuple" de Saint-Nazaire, décembre 2018. © PYB

L’ancienne sous-préfecture de la ville de Loire-Atlantique a fait place à une réquisition citoyenne. Le lieu a été baptisé « Maison du peuple ». De façon autogérée, on y discute du sens de la démocratie, comme de l’impact de la lutte sur ceux qui la mènent.

Les «gilets jaunes», une spécificité française?

Par et

Des mouvements protestataires ont éclos en Europe depuis dix ans, en dehors des appareils politiques traditionnels. La révolte des « gilets jaunes » a-t-elle des points communs avec celle des Italiens, des Grecs ou des partisans du Brexit au Royaume-Uni ?

Le «grand débat» de Macron fait déjà polémique

Par et
 © Reuters © Reuters

À la veille du « grand débat » voulu par Emmanuel Macron pour répondre aux « gilets jaunes », la confusion règne toujours sur ses modalités d’organisation. Le surgissement de la question de l’immigration et de la laïcité est venu perturber les discussions. Une partie de la majorité s’en inquiète.

Macron descend de son piédestal européen

Par
capture-d-e-cran-2018-12-13-a-18-36-21

La Commission européenne se retrouve dans un grand embarras : alors qu’elle menace l’Italie de sanctions pour non-respect des règles budgétaires, elle est prête à ménager la France, en pleine tourmente. Les responsables européens réalisent qu’Emmanuel Macron n’est pas le héraut de l’Europe qu’ils espéraient.

Et si les gilets jaunes sauvaient finalement la croissance française?

Par
Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, avec des gilets jaunes, le 7 décembre 2018. © MJ Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, avec des gilets jaunes, le 7 décembre 2018. © MJ

En corrigeant une politique économique incapable de faire face au ralentissement de la croissance, le mouvement social pourrait, au bout du compte, dynamiser la croissance plus qu'il ne la pénalise. Sauf si le gouvernement décide de nouveau de ramer à contre-courant…

Pour Cédric et Sandra, couple au gilet jaune: «On est arrivés au bout du système»

Par
Cédric et Sandra à Lyon. © LD Cédric et Sandra à Lyon. © LD

Pour Cédric et Sandra, engagés depuis un mois aux côtés des « gilets jaunes », les annonces d’Emmanuel Macron ne vont pas faire retomber la colère et la soif du mouvement de « tout reprendre à la base ». « Les gens se sont réveillés. On va aller jusqu’au bout », expliquent-ils. Ce couple qui vit en périphérie de Lyon n’a de toute façon plus aucune confiance dans la parole de celui qui les a « tellement méprisés »

A Toulouse, jeunes et jaunis

Par
Dans la manifestation étudiante toulousaine, ce mardi 11 décembre. © Manu Riondé Dans la manifestation étudiante toulousaine, ce mardi 11 décembre. © Manu Riondé

Le « mardi noir » toulousain des lycéens et enseignants en lutte contre la réforme des lycées s’est passé sans heurts. Mais la ville bruisse de nombreuses mobilisations, qui ne demandent qu’à s’agréger.

Macron tente d’acheter la paix sociale

Par et
Des « gilets jaunes » de La Ciotat regardent le discours d’Emmanuel Macron, lundi 10 décembre. © Reuters Des « gilets jaunes » de La Ciotat regardent le discours d’Emmanuel Macron, lundi 10 décembre. © Reuters

Le président de la République a annoncé lundi soir une série de mesures censées répondre aux revendications des « gilets jaunes ». Sans jamais prononcer le mot écologie, il a surtout cherché à sauvegarder ses réformes à long terme, par des propositions souvent floues ou en demi-teinte sur le pouvoir d’achat, et a étendu le débat aux questions identitaires.

Pour une nouvelle République

Par
 © Reuters © Reuters

Pour sauver sa présidence, Emmanuel Macron ne devrait pas seulement parler pouvoir d’achat. Il devrait répondre à un mouvement qui porte au premier plan une question ultra-politique : la réforme des institutions. Comment sortir d’une démocratie dévitalisée par le crétinisme présidentialiste ? À leur manière, les « gilets jaunes » reprennent des propositions écartées lundi soir par le président.

La parole aux «gilets jaunes»

 © Mediapart © Mediapart

Trois gilets jaunes reviennent sur leur participation à ce mouvement social inédit. Ils racontent les conditions de vie qui se dégradent, et considèrent que le gouvernement leur a « jeté des miettes ». À leur suite, le géographe Aurélien Delpirou conteste les interprétations binaires du phénomène.

Dans le Loiret, «ce qu’on veut, c’est la destitution de Macron»

Par
Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, échange avec les clients d'un bar, le 8 décembre 2018.. © MJ Caroline Janvier, députée LREM du Loiret, échange avec les clients d'un bar, le 8 décembre 2018.. © MJ

Le président de la République s’est exprimé lundi soir dans le but d'éteindre l'incendie alors que le fossé n’a jamais semblé aussi profond entre Emmanuel Macron et les « gilets jaunes », leurs voisins, les retraités ou les simples clients des cafés. Reportage auprès d'une députée dans le Loiret, où le rejet du pouvoir bouscule La République en marche.

Les «arrestations préventives» ou la fin du droit de manifester

Une arrestation à Paris, le 8 décembre. © Reuters Une arrestation à Paris, le 8 décembre. © Reuters

Samedi, les forces de l’ordre ont multiplié les arrestations de manifestants de manière préventive : ceux-ci étaient simplement soupçonnés de vouloir participer à un rassemblement violent. Beaucoup ont terminé en garde à vue. La moitié ont fait l’objet d’un classement sans suite. Il n’y avait rien à leur reprocher.

Sur les Champs, la stratégie du flashball

Par
Sur les Champs-Elysée, une unité mobile déployée par la préfecture. © Karl Laske Sur les Champs-Elysée, une unité mobile déployée par la préfecture. © Karl Laske

Sur les Champs-Élysées, les forces de police sont intervenues dès le matin pour disperser les gilets jaunes. Le changement de stratégie du ministre de l’intérieur a conduit les policiers à aller « au contact » des manifestants. Parmi les personnes touchées par des tirs de flashball, deux photographes.

«Gilets jaunes» à Paris: «On est en train d’écrire l’Histoire»

La journée de mobilisation des gilets jaunes à Paris a commencé dans le calme, pour s’achever par des échauffourées et des manifestants éparpillés dans la capitale. La détermination des gilets jaunes reste intacte.

Calais: colère contenue sur le littoral

Par Elisa Perrigueur

Près de 200 gilets jaunes ont bloqué les routes et une station essence autour de Calais. La mobilisation s’est déroulée pacifiquement. Parmi les personnes que nous avons rencontrées, certaines assurent qu’elles n’iront plus voter. Leur but : « La démission de Macron et plus de justice sociale. »

Sur le web, les «gilets jaunes» apprennent à vitesse grand V

Par
Sur Facebook, le «compteur officiel de gilets jaunes», vendredi 7 décembre. Sur Facebook, le «compteur officiel de gilets jaunes», vendredi 7 décembre.

Comment Facebook est-il devenu la place publique sur laquelle les « gilets jaunes » se mobilisent, se comptent et s’organisent, mais aussi le lieu où la droite et la gauche ont disparu ? Faut-il craindre les dérives complotistes ? Éléments de réponses avec les « gilets jaunes de Commercy », et trois chercheurs spécialistes du web. 

Un pouvoir sans boussole

Par
À Gaillon (Eure), le 6 décembre. © Reuters À Gaillon (Eure), le 6 décembre. © Reuters

Emmanuel Macron s’exprimera après la nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes », prévue samedi. Le président de la République adaptera son propos en fonction d’événements sur lesquels il n’a plus prise. La crise actuelle révèle au grand jour le dérèglement de la mécanique d’État et fait remonter à la surface les différences de vue qui traversent la majorité.

«Gilets jaunes»: face aux violences, l’irresponsabilité du pouvoir

Emmanuel Macron et Christophe Castaner à l'Arc de triomphe, le 2 décembre 2018. © Thibault Camus/REUTERS Emmanuel Macron et Christophe Castaner à l'Arc de triomphe, le 2 décembre 2018. © Thibault Camus/REUTERS

Face à la radicalisation de certains « gilets jaunes », le gouvernement annonce un samedi de manifestations extrêmement violent et évoque même des morts à venir. Ce discours du pire, allié à des demi-mesures qui ne répondent pas à l’urgence sociale, attise plus la colère qu’il ne l’apaise.

«A Noël, on sera toujours là!», promettent les gilets jaunes de Lorient

Par
Devant l'abri des gilets jaunes lorientais. © D.I. Devant l'abri des gilets jaunes lorientais. © D.I.

Malgré les reculs de l’exécutif sur la taxe carbone, les militants de la ville bretonne n’ont pas l’intention d’arrêter leur action. Après avoir bloqué le dépôt de carburant pendant une semaine, ils se préparent pour durer. Certains seront à Paris samedi, en dépit de la violence annoncée.

Les «gilets jaunes» se déchirent sur leurs porte-voix

Par
Deux gilets jaunes à Somain (Nord), le 5 décembre. © Reuters Deux gilets jaunes à Somain (Nord), le 5 décembre. © Reuters

Depuis trois semaines, les « gilets jaunes », mouvement né sur Facebook et boosté par la force de quelques vidéos virales, oscillent entre deux postures : le peuple, rien que le peuple, ou se doter de représentants, quitte à fâcher une partie du mouvement.

Avec les lycéens de Blois, au deuxième jour de manifestation

Par

Jeudi a marqué leur deuxième journée de mobilisation. Qu’ils soient en filière pro ou classique, en lycée privé ou public, un millier de lycéens de Blois manifestent contre les réformes en cours, Parcoursup, les stages introuvables quand « on n’a pas de réseau »…

Le crépuscule du macronisme

Par
Emmanuel Macron lors de la présentation de son programme pluriannuel de l'énergie, le 27 novembre. © Reuters Emmanuel Macron lors de la présentation de son programme pluriannuel de l'énergie, le 27 novembre. © Reuters

Le mélange de libéralisme en économie et d’autoritarisme en politique qui avait assuré la victoire du macronisme le conduit aujourd’hui vers un échec. Car quel que soit le dénouement de la crise, Emmanuel Macron ne pourra pas achever son quinquennat comme il l’a commencé, dans une boulimie de réformes conduites au pas de charge et en piétinant la démocratie sociale.

«Gilets jaunes»: Macron recule à contretemps

Emmanuel Macron, le 12 novembre. © Reuters Emmanuel Macron, le 12 novembre. © Reuters

Alors qu’il dénonçait jusqu’à présent les errements de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a fini par céder à son tour à la pression des « gilets jaunes », en suspendant la hausse des taxes sur les carburants. La majorité se félicite des mesures annoncées, mardi, par Édouard Philippe pour « ramener l’apaisement ». Mais certains craignent déjà qu’elles ne soient insuffisantes.

Après les annonces de Philippe, les «gilets jaunes» ne veulent rien lâcher

Par et
capture-d-e-cran-2018-12-04-a-19-17-34

Sur Facebook, les consultations des « gilets jaunes » sont sans appel : ils ne sont pas convaincus par les nouvelles annonces du premier ministre et prévoient de continuer à se mobiliser. À l’Assemblée, les oppositions dénoncent des mesures insuffisantes.

Au tribunal de Paris: de la prison en veux-tu en voilà pour les «gilets jaunes»

La mobilisation des « gilets jaunes », le 1er décembre à Paris. © Reuters La mobilisation des « gilets jaunes », le 1er décembre à Paris. © Reuters

Après les affrontements de samedi, 70 personnes ont été jugées en comparution immédiate, lundi, au tribunal de Paris. On attendait des « casseurs », des vrais de vrais. Les juges ont découvert des ouvriers, des techniciens, des artisans, des jeunes venus à Paris, souvent pour leur première manifestation et emportés par les vagues de violence. Les peines de prison – ferme ou avec sursis – sont tombées comme à Gravelotte avec des procureurs décidés à en découdre.

Maintien de l'ordre à Paris: «Si on continue comme ça, il y aura des morts»

Par
À Strasbourg, le 1er décembre. © Reuters À Strasbourg, le 1er décembre. © Reuters

Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner et le secrétaire d’État Laurent Nuñez ont défendu à l’assemblée la justesse du dispositif du maintien de l’ordre, le 1er décembre à Paris. En tordant les faits. Ils annoncent un déploiement de forces mobiles, samedi prochain.

«Gilets jaunes»: le pouvoir fait un geste

Par et
 © Reuters © Reuters

Édouard Philippe a annoncé mardi un moratoire sur la hausse de la taxe sur les carburants. La veille, le premier ministre avait rencontré tous les chefs de parti. Il s’exprime mercredi à l’Assemblée. Dans la majorité, des voix discordantes s’étaient élevées pour réclamer une action rapide et globale.

«Gilets jaunes»: les oppositions se cherchent

Par et
De gauche à droite et de haut en bas : Marine Le Pen (RN), Benoît Hamon (Génération.s), Sandra Regol (EELV), Olivier Faure (PS), Laurent Wauquiez (LR), Charlotte Girard (LFI), Olivier Besancenot (NPA) et Fabien Roussel (PCF). © Reuters/Twitter De gauche à droite et de haut en bas : Marine Le Pen (RN), Benoît Hamon (Génération.s), Sandra Regol (EELV), Olivier Faure (PS), Laurent Wauquiez (LR), Charlotte Girard (LFI), Olivier Besancenot (NPA) et Fabien Roussel (PCF). © Reuters/Twitter

Les principaux responsables de parti ont été reçus à Matignon lundi pour évoquer les sorties de crise possibles. Eux-mêmes sont dépassés par le mouvement inédit des « gilets jaunes ».

Les lycéens entrent à leur tour dans la danse de la contestation

Par et
À Aubervilliers, le 3 décembre. © Reuters À Aubervilliers, le 3 décembre. © Reuters

Plus d’une centaine de lycées ont été perturbés lundi. L’organisation UNL, rejointe par la FIDL et le SGL, avait appelé les jeunes à se mobiliser contre les réformes du baccalauréat, du lycée et de Parcoursup. Pour le moment, la stratégie de convergence avec les « gilets jaunes » n’est pas définie.

Zineb Redouane, blessée par une grenade lacrymo et décédée à l’hôpital à Marseille

Par
Rue des Feuillants, à Marseille. © LF Rue des Feuillants, à Marseille. © LF

Décédée dimanche 2 décembre au bloc opératoire à Marseille, Zineb Redouane, 80 ans, avait été grièvement blessée au visage par une grenade lacrymogène lancée par des policiers dans son appartement samedi, en marge des manifestations. Selon l'une de ses voisines, Zineb a dit avoir été « visée » par « deux policiers » armés d'un fusil lance-grenades, alors qu'elle fermait ses fenêtres.

«Gilets jaunes»: pour sortir de la crise, Aghion suggère d'acheter le consentement aux réformes

Par
À Paris le 1er décembre. © Reuters À Paris le 1er décembre. © Reuters

Philippe Aghion, économiste mentor du président de la République, propose le rétablissement de l’ISF et un creusement du déficit public pour assurer le consentement des Français aux « réformes structurelles ». Mais la manœuvre pourrait déjà arriver trop tard.

«Gilets jaunes»: Macron au pied du mur

Par
Emmanuel Macron et Christophe Castaner le 2 décembre à Paris. © Reuters Emmanuel Macron et Christophe Castaner le 2 décembre à Paris. © Reuters

Le chef de l’État est confronté à la crise politique la plus grave depuis le début de son mandat. Alors que des leaders de l’opposition ont appelé à une dissolution de l’Assemblée nationale, la semaine qui s’ouvre s’annonce décisive pour l’exécutif. La piste d’un rétablissement de l’état d’urgence a été écartée, à ce stade, à l’issue d’une réunion de crise dimanche à l’Élysée.

«Gilets jaunes»: une multitude d'actions dans le calme, en région

Par

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi dans toute la France à de nombreuses actions de blocage menées par de petits groupes de « gilets jaunes ». Passage en revue.

«Gilets jaunes»: scènes de violence place de l’Etoile à Paris

Par

Des heurts ont éclaté samedi à Paris, faisant une centaine de blessés en marge de la mobilisation des « gilets jaunes ». Quelque 270 personnes ont été interpellées.

Les «gilets jaunes» débordent dans les rues de Paris

Par et
 © M.G. © M.G.

La mobilisation parisienne a tourné à la manifestation sauvage, se mêlant parfois au défilé syndical de la CGT. Mais elle fut surtout rejointe par des militants de tous horizons, errant rive droite, pour finir dans un nuage de lacrymogènes au centre de la capitale.

A Toulouse, «gilets jaunes» et cégétistes se parlent sous les lacrymos

Par
À Toulouse, « gilets jaunes » et membres du cortège CGT-FSU-Solidaires, samedi 1er décembre. © ER À Toulouse, « gilets jaunes » et membres du cortège CGT-FSU-Solidaires, samedi 1er décembre. © ER

« Gilets jaunes » et CGT-FSU-Solidaires ont convergé samedi à Toulouse. Une rencontre furtive et moyennement cordiale, sous les gaz lacrymogènes.

Les «gilets jaunes», révélateurs de l’échec de la méthode Macron

Par
 © Reuters © Reuters

Le mouvement des « gilets jaunes » a réussi à placer la question des inégalités, mais aussi celle des institutions, au cœur du débat public, révélant les failles des politiques conduites par Emmanuel Macron et le revers de son exercice vertical du pouvoir. À l’issue d’une nouvelle journée de mobilisation, l’exécutif a dénoncé les scènes de violence observées à Paris, le 1er décembre.

A la convention LREM, personne n’a la solution face aux «gilets jaunes»

Par
Stanislas Guerini, nouveau délégué général de LREM. © MJ Stanislas Guerini, nouveau délégué général de LREM. © MJ

Le jour même où des manifestations violentes se déroulaient à Paris, La République en marche a élu samedi son nouveau délégué général, Stanislas Guerini. Des militants inquiets assurent à Mediapart que le mouvement a perdu tout contact avec le terrain. Ils appellent le parti à se réformer pour dépasser la crise des « gilets jaunes ».

La bataille de l’égalité

Par
À l'Arc de triomphe, le 1er décembre 2018. © Karl Laske À l'Arc de triomphe, le 1er décembre 2018. © Karl Laske

La révolte des « gilets jaunes » vise l’injustice fiscale et l’arbitraire étatique. Son moteur est le cœur des combats émancipateurs : l’exigence d’égalité. De son ouverture aux causes communes d’une égalité pour toutes et tous dépendra son avenir politique.

Gilets jaunes: François Ruffin appelle Paris à s’engager dans le mouvement

Par
Avant même le mouvement des « gilets jaunes », François Ruffin portait déjà le sien. Ici, à Amiens, avec Emmanuel Macron, en octobre 2017. © Reuters Avant même le mouvement des « gilets jaunes », François Ruffin portait déjà le sien. Ici, à Amiens, avec Emmanuel Macron, en octobre 2017. © Reuters

Jeudi soir, place de la République à Paris, le député de La France insoumise a rassemblé les troupes de Nuit debout. Il a plaidé pour une convergence des luttes entre gilets jaunes périurbains et Parisiens, et prône une alliance entre classes populaires et classes moyennes.

Le 1er décembre à Paris: ils manifestent tous, mais pas tous ensemble

À la première manifestation parisienne des « gilets jaunes », le 17 novembre. © E.S. À la première manifestation parisienne des « gilets jaunes », le 17 novembre. © E.S.

« Gilets jaunes », syndicats, mouvements antiracistes, étudiants, tous appellent à manifester samedi 1er décembre à Paris. Mais si cette journée les fait converger, les différentes composantes de ce mouvement social sont loin d’être d’accord.

«Gilets jaunes»: derrière la rationalité de façade du gouvernement, une idéologie

Par
Effet des mesures du budget 2019 sur le pouvoir d'achat par centiles de revenus © Institut des Politiques Publiques (IPP) Effet des mesures du budget 2019 sur le pouvoir d'achat par centiles de revenus © Institut des Politiques Publiques (IPP)

Derrière les « impossibilités » rationnelles et autres « paradoxes » avancés par le gouvernement pour justifier son peu d’écoute des revendications des « gilets jaunes » se cache une vision idéologique de la réalité de l’économie française. 

«Gilets jaunes»: Macron répond a minima

Emmanuel Macron a tenté, mardi 27 novembre, de calmer les colères en proposant une modulation des taxes sur les carburants en cas de forte hausse du prix du pétrole. Il annonce également « une grande concertation de terrain », avec élus, associations et « gilets jaunes ». Sans convaincre personne.

«Gilets jaunes»: les troupes de Dupont-Aignan sur le pied de guerre

Par

Omniprésent dans les médias depuis l’apparition du mouvement des « gilets jaunes », Nicolas Dupont-Aignan espère tirer parti d’une fronde pour laquelle il se sent, lui qui a combattu les sociétés d’autoroutes et bataillé « pour les automobilistes », le leader le plus légitime. Reportage à Bordeaux, où ses troupes ont été aux avant-postes des blocages.

Deux blessés graves aux Champs-Elysées: l’exécutif en accusation

Par

En début de soirée samedi, un jeune manifestant venu en famille au rassemblement des « gilets jaunes » a eu la main arrachée par une grenade, alors qu’il se trouvait avenue Franklin-Roosevelt à Paris. Plus tard, un fonctionnaire membre d’une compagnie de sécurité a été grièvement touché à l’œil par un boulon. Le ministre de l’intérieur et le préfet de police sont mis en cause par les syndicats de police.

A Paris, la manifestation des «gilets jaunes» tourne à l’émeute

 © Thomas Haley © Thomas Haley

Les « gilets jaunes » ont de nouveau manifesté partout en France samedi. À Paris, des milliers de personnes ont passé la journée sur les Champs-Élysées ou dans les rues adjacentes, construisant des barricades et se heurtant aux forces de l’ordre. Un public très hétéroclite réuni sous un mot d’ordre commun : « Macron démission ».

Comprendre le mouvement des «gilets jaunes»

gilets

En vidéo, récits et premières clés d’analyse du mouvement des «gilets jaunes», avec l’économiste Lucas Chancel, notre journaliste Mathilde Goanec, le photo-documentariste Vincent Jarousseau et l’habitante du Blanc (Indre) Judith Cartier, qui se bat pour sauvegarder la maternité.

Dans l’Eure, «le réservoir de la colère explose»

Par

Dans l’Eure, péages d’autoroute et gros ronds-points demeurent bloqués tout ou partie de la journée. Le prix des carburants est oublié. Ouvriers, retraités, intérimaires, artisans, jeunes et vieux disent tous la même chose : une vie de galère avec des revenus de misère et des injustices qu’ils ne veulent plus supporter.

«Gilets jaunes»: l’exécutif cherche une porte de sortie

Par

Alors que le mouvement des « gilets jaunes » se poursuit, l’exécutif peine à trouver une réponse politique qui lui permette de calmer la mobilisation sans dévier du fameux « cap » fixé par Emmanuel Macron. Dans la majorité, des voix s’inquiètent du manque de souplesse du gouvernement.

«Gilets jaunes»: l’outre-mer en avance d’une colère

Par

Sur l’île de La Réunion, le blocage et les émeutes constituent le symptôme éruptif d’un malaise profond : l’outre-mer français dans son ensemble fait face à des crises commerciales, écologiques et identitaires, auxquelles doit aussi se préparer l’Hexagone.

«Plus rien ne sera comme avant à La Réunion»

Par

Younous Omarjee, eurodéputé La France insoumise, analyse les répercussions de la mobilisation des « gilets jaunes » sur l’île de La Réunion, après que des émeutes ont éclaté et un couvre-feu imposé. Pour lui, la crise n’en est qu’à ses débuts.

Les «gilets jaunes» à la lumière du mouvement poujadiste

Par
5-1370101782

La révolte antifiscale partie du Lot en 1953, sous sa gangue fascisante, comporte des signes émancipateurs. Petit retour. Sans éblouissement illusoire mais sans ce défaitisme intériorisé sur lequel tablent les dominants.

«Gilets jaunes»: les syndicats hésitent à entrer dans la danse

Par et
17-novembre-reims-christian

Si la plupart des centrales syndicales se bouchent le nez à l’évocation des « gilets jaunes », localement, des militants franchissent le pas au nom de l’urgence sociale. La fracture reste néanmoins vive, à cause principalement des incidents racistes et de certaines revendications anti-impôts.

A Rouen, «autant de gens, si différents, c’est inédit»

Par
img-3881

Dans le centre-ville, les infirmières libérales et hospitalières manifestent contre le plan santé. Rive gauche, en périphérie d’agglomération, les gilets jaunes continuent d’occuper des ronds-points, dans la fumée des feux de palettes.

Les «gilets jaunes», miroir des évolutions de la démocratie

Par
Estelle, 20 ans, et Yohan, 26 ans, manifestaient pour la première fois de leur vie le 17 novembre dernier. © EJ Estelle, 20 ans, et Yohan, 26 ans, manifestaient pour la première fois de leur vie le 17 novembre dernier. © EJ

D’un bout à l’autre de l’échiquier politique, les opposants à Macron projettent leurs désirs sur les gilets jaunes. Mais que peut-on voir dans cet habit dont la singularité est moins constituée par sa couleur que par son aspect réfléchissant ?

«Gilets jaunes»: le gouvernement pris au piège de sa propre démagogie fiscale

Par
Des manifestants au péage de Montgiscard, dans la périphérie de Toulouse. © ER Des manifestants au péage de Montgiscard, dans la périphérie de Toulouse. © ER

Le gouvernement veut assurer aux « gilets jaunes » que, comme eux, il souhaite moins d’impôts. Une rhétorique qui ne fait qu'alimenter un mouvement hostile à l'exécutif, et qui délégitime les prélèvements obligatoires.

«Gilets jaunes», pourquoi les trouve-t-on si gentils

Par
Des « gilets jaunes » à Paris. © ES Des « gilets jaunes » à Paris. © ES

La façon dont les médias et les responsables politiques ont traité les mouvements du 17 novembre ferait rêver tous les manifestants qui ont battu le pavé en France ces dernières années. L'originalité de la mobilisation partie des réseaux sociaux n'explique pas à elle seule cette singulière bienveillance.

«Gilets jaunes»: le gouvernement reste sourd, l’opposition appelle à maintenir la pression

Par

Face à la mobilisation des « gilets jaunes » qui a rassemblé, le 17 novembre, près de 300 000 personnes sur l’ensemble du territoire, le gouvernement a décidé de maintenir son « cap » en misant manifestement sur l’essoufflement de la contestation. De droite à gauche, l’opposition espère, au contraire, la poursuite du mouvement.

A Toulouse, Reims et Paris... le ras-le-bol des «gilets jaunes»

À Toulouse, Medaji, syndicaliste de 28 ans, espère que le mouvement va se structurer. © ER À Toulouse, Medaji, syndicaliste de 28 ans, espère que le mouvement va se structurer. © ER

Plusieurs dizaines de milliers de « gilets jaunes » ont manifesté ce samedi sur tout le territoire en faveur du pouvoir d’achat. Le mouvement, déstructuré et protéiforme, a dépassé la seule protestation contre la hausse des taxes sur les carburants. Reportages à Toulouse, Reims et Paris. 

Dans l’Orne: «Pour certains ici, c’est prendre la voiture ou manger»

Par
Dans le PMU de La Ferté-Macé, des appels à manifester à Vire. © MG Dans le PMU de La Ferté-Macé, des appels à manifester à Vire. © MG

La question du coût du transport, criante pour les travailleurs pauvres et la classe moyenne en milieu rural, nourrit la fronde des « gilets jaunes ». Dans l’Orne, en Normandie, le mécontentement est protéiforme, et dépasse de loin la simple taxe sur les carburants.

La gauche face aux «gilets jaunes», du malaise au soutien

Par

Les formations politiques de gauche ont fini par soutenir, peu ou prou, les actions contre la hausse du diesel. À l’exception d’Europe Écologie-Les Verts. Mais, face à cette mobilisation hétéroclite, le malaise persiste, obligeant les organisations à renouveler leur logiciel idéologique.

Impôt et transition écologique: le double gâchis

Par
 © Reuters © Reuters

Emmanuel Macron habille en vert des hausses de taxes qui ne constituent qu’un tour de vis fiscal supplémentaire pour les ménages. Le résultat est calamiteux : tout à la fois il ruine le consentement à l’impôt et prend le risque de rendre impopulaire l’indispensable transition écologique.

«Gilets jaunes»: le gouvernement s’empêtre dans ses contradictions

Par
Paris dans les embouteillages. © Reuters Paris dans les embouteillages. © Reuters

Le premier ministre a annoncé mercredi des mesures face à la fronde. Mais il manque un plan global : vouloir diminuer l’usage de la voiture sans développer les déplacements alternatifs ne sert à rien.

Macron face à l’inconnue des «gilets jaunes»

Par
 © Reuters © Reuters

Emmanuel Macron se trouve pour la première fois confronté à un mouvement citoyen spontané. « Je ne changerai pas de cap », a-t-il répété mercredi. Depuis le début du quinquennat, le manque d’écoute du pouvoir, reconnu par le président lui-même, a nourri les colères.

Prix du carburant: même LR et le RN sont dépassés par la mobilisation

Par
Page de présentation de la pétition contre la hausse des prix du carburant Page de présentation de la pétition contre la hausse des prix du carburant

Emmanuel Macron a de nouveau été interpellé jeudi 8 novembre sur la hausse des prix du carburant, alors que les partis de droite et d’extrême droite entendent bien tirer profit de la fronde contre la hausse des carburants. Même eux sont dépassés par une mobilisation protéiforme lancée sur les réseaux sociaux.

Diesel: les députés LREM peinent à contenir la mobilisation

Par
Emmanuel Macron interpellé par un ouvrier de l'usine Renault de Maubeuge le 8 novembre 2018. © Reuters Emmanuel Macron interpellé par un ouvrier de l'usine Renault de Maubeuge le 8 novembre 2018. © Reuters

La mobilisation lancée à travers les réseaux sociaux pour le 17 novembre contre la hausse du carburant et la taxe associée décidée par le gouvernement incite les parlementaires LREM à défendre la cohérence de la politique en matière d’écologie. Certains reconnaissent cependant une faiblesse pour aller sur le terrain se confronter aux critiques.

Prix du carburant: le gouvernement paie cher une vision économique simpliste

Par

En faisant de l’incitation fiscale le cœur de sa politique économique, le gouvernement se fracasse sur une réalité plus complexe. Les conséquences de la hausse du carburant seront désastreuses, y compris pour les politiques environnementales.

Tous les articles