Affaire Myriam Sakhri: la justice rouvre l’enquête

L’enquête sur le suicide de la gendarme Myriam Sakhri a été rouverte vendredi par la justice, annonce l’avocat de la famille. Son suicide avait été considéré comme relevant de raisons personnelles. Dans sa demande de réouverture, sa famille avait apporté de nombreux témoignages contredisant cette version. Notre enquête vidéo.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

C’est l’avocat de la famille, Me Vincent Brengarth, qui l’annonce sur Twitter : « La justice fait droit à notre requête et réouvre l’information judiciaire concernant Myriam Sakhri, gendarme retrouvée morte dans sa caserne en 2011 alors qu’elle dénonçait sa hiérarchie. L’enquête s’était clôturée par un non-lieu en 2015. »

La gendarme Myriam Sakhri avait été retrouvée morte le 24 septembre 2011 chez elle, à la caserne de Lyon. L’enquête confiée par la justice à l’IGGN (Inspection générale de la gendarmerie nationale) avait alors conclu à un suicide « pour raisons personnelles », alors que Myriam Sakhri disait être victime de harcèlement de la part de sa hiérarchie et dénonçait le racisme de ses collègues au sein du CORG, le service des appels d’urgence de la gendarmerie.

« C’est une décision extrêmement rare de la justice qui est le fruit d’une mobilisation très active de la famille pour recueillir des éléments nouveaux et mettre en exergue les très graves dysfonctionnements de l’enquête. Plus de 5 ans après la clôture de l’enquête, un pas a été franchi vers la manifestation de la vérité dans un dossier dramatique », réagit Me Vincent Brengarth auprès de Mediapart.

Les éléments nouveaux sont ceux produits par les proches de Myriam Sakhri et leur avocat dans leur demande de réouverture : de nouveaux témoignages de gendarmes faisant état de pressions subies lors de leurs auditions pendant l’enquête classée sans suite, et des attestations décrivant le harcèlement et les propos racistes au sein du CORG. Éléments sur lesquels le tribunal de Lyon s’est appuyé pour prononcer la réouverture. « Aujourd’hui, les magistrats nous ont donné ce gage selon lequel ils ont pris en considération les nouveaux éléments que nous avons apportés. J’ai eu au téléphone des gendarmes qui attendaient la décision avec impatience. Je pense que ça va libérer la parole », se félicite Zineb Harzallah, juriste de formation et amie de la famille.

Une des sœurs de Myriam Sakhri, Nadhira Sakhri, reste toutefois prudente : « Je suis contente que les magistrats aient fait ce premier pas pour la manifestation de la vérité, mais je reste sur la réserve. Tout va dépendre de comment cette nouvelle enquête va se dérouler et avec qui. Nous souhaitons une enquête impartiale et en toute transparence. »

La réouverture de l’enquête devrait permettre d’étudier ces nouveaux éléments évoqués dans notre émission « À l’air libre » lundi 29 mars et que vous pouvez voir ou revoir ci-dessous.

À l’air libre

À la Une de Mediapart

France — Politique
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Justice — Enquête
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Libertés publiques — Enquête
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Police
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne