Des étudiants lyonnais résignés avant le second tour

Par

Quinze ans après le 21 avril 2002, le Front national accède au second tour de l'élection présidentielle. À l'époque, les jeunes avaient manifesté en masse. Aujourd'hui, la mobilisation est bien plus timide et le fatalisme domine. Rencontre avec des étudiants de Lyon, une ville où l'extrême droite essaie de marquer sa présence à l'université. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lyon (Rhône), envoyée spéciale.- Même les Bérurier noir sont passés de mode. Leur chanson « La jeunesse emmerde le Front national » n’épouse plus l’air du temps. Dans un amphithéâtre bien trop grand de l’université Lyon-2, une trentaine d’étudiants se sont réunis à l'initiative du collectif contre l’extrême droite, à l’heure du déjeuner, le 27 avril, pour réfléchir à la conduite à tenir entre les deux tours de l’élection présidentielle.