Une élue proche de Manuel Valls est accusée d'abus à l'Assemblée

Par

La justice soupçonne une assistante parlementaire d'avoir pioché dans les comptes bancaires de son député, y compris dans l'enveloppe d'argent public réservée aux frais de mandat. Par ailleurs élue locale dans le fief de Manuel Valls, la jeune femme ne serait toujours pas licenciée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Début 2015, le député Boinali Said reçoit un coup de fil de son banquier. À cause d’un gros découvert, ses comptes à la banque postale de l’Assemblée nationale sont bizarrement bloqués. L’élu de Mayotte, apparenté socialiste, découvrira plus tard que son assistante parlementaire à Paris, Fatoumata Koïta, les aurait siphonnés dans son dos, en usurpant ses cartes bancaires et un chéquier.