La Grèce réveille les fantômes de 2005 dans la gauche française pro-européenne

Par et

L’annonce par Alexis Tsipras d’un référendum sur le plan des créanciers d’Athènes dimanche suscite des débats, parfois vifs, qui rappellent à certains égards ceux qui avaient profondément divisé socialistes et écologistes lors du référendum sur le traité constitutionnel européen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parallèle est facile, peut-être trop. Mais on ne peut s’empêcher d’y songer, dix ans après. Depuis l’annonce d’un référendum organisé par le premier ministre grec Alexis Tsipras, le débat suscité en France par l’avenir de la Grèce et de l’Europe rappelle celui qui a déchiré le pays en 2005, lors du référendum sur le traité constitutionnel européen (TCE).