Le mouvement anti-passe et antivax en effervescence sur les réseaux sociaux

Par et

Les boucles et groupes sont l’autre facette de la mobilisation anti-passe sanitaire et anti-vaccination. La conversation s’alimente aux diverses sources de la « réinformation » mais se nourrit aussi d’une profonde défiance institutionnelle, favorisée par l’horizontalité des outils numériques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Descendu dans la rue mi-juillet, le mouvement anti-passe sanitaire est né sur les réseaux sociaux. Dans un mouvement circulaire, comptes Facebook, TikTok ou Twitter, boucles WhatsApp et Telegram s’évertuent à présent à lui offrir une vigoureuse caisse de résonance numérique. « C’est presque devenu une banalité de le dire : parce que chacun peut être son propre média et qu’il y a des émotions convergentes, les réseaux sociaux sont un instrument incontournable des mobilisations actuelles », rappelle Stéphane Sirot, historien des mouvements sociaux, qui s’efforce depuis le début de l’été d’aller voir sur le pavé ce que le mouvement anti-passe a à dire.