Les lycéens entrent à leur tour dans la danse de la contestation

Par et

Plus d’une centaine de lycées ont été perturbés lundi. L’organisation UNL, rejointe par la FIDL et le SGL, avait appelé les jeunes à se mobiliser contre les réformes du baccalauréat, du lycée et de Parcoursup. Pour le moment, la stratégie de convergence avec les « gilets jaunes » n’est pas définie.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Ils sont la hantise de tout pouvoir en place. Les lycéens entrent à leur tour dans la danse de la révolte qui secoue le pays depuis trois semaines. Par essence, ces mouvements sont imprévisibles et incontrôlables. Il est encore difficile de savoir si l’élan des « gilets jaunes » sera suffisamment puissant pour rebondir jusqu’à la jeunesse. Mais quelque chose se met en branle.

Ce matin du 3 décembre, selon le ministère de l’éducation, de « cent à cent cinquante » lycées ont été bloqués, partiellement ou totalement, partout en France à l’appel des différentes organisations lycéennes : SGL, FIDL et UNL. Déjà, vendredi 30 novembre, une trentaine d’établissements avaient connu le même sort, selon le ministère de l’éducation nationale.

D'après les premières remontées des rectorats, parmi les académies les plus touchées figurent celles de Toulouse – une quarantaine d'établissements perturbés – et Créteil – une vingtaine d'établissements bloqués. L'UNL annonce dans un communiqué que 300 lycées ont été bloqués dans toute la France, « soit approximativement 100 000 lycéen.ne.s dans la rue ».

En tout début de matinée lundi, plusieurs dizaines de jeunes ont bloqué l’accès au lycée professionnel Jean-Pierre-Timbaud d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) – essentiellement des garçons, très largement majoritaires dans cet établissement. Très vite, les poubelles ont été incendiées, plusieurs abribus dévastés, et une petite barricade a été dressée au milieu de l’avenue de la République avec ce que les jeunes ont trouvé dans l’espace public pour y mettre le feu : planches, poubelles, vieux coussins de canapé, jambes de mannequins pillées dans un magasin à quelques mètres de là, sapins de Noël volés dans une boutique de l’autre côté du carrefour.

Un véhicule de police et un camion de pompiers ont tenté d’intervenir, avant de rebrousser chemin face à l’hostilité de la petite foule (environ 150 personnes, très majoritairement non cagoulées). Les policiers, stationnés plus loin, ont attendu le milieu de matinée pour intervenir – entretemps, plusieurs magasins avaient été pillés et au moins une voiture incendiée.

Vendredi déjà, un groupe nettement moins important de lycéens (environ 50) avait bloqué l’entrée du lycée en mettant le feu aux poubelles poussées contre les grilles de l’établissement albertivillarien. Certains criaient alors « Révolution ». Lundi, à plusieurs reprises, les manifestants ont lancé, en groupe et en remontant l’avenue sur quelques mètres, « Macron démission » ou « Macron nique ta mère ».

Dans un communiqué, la maire d’Aubervilliers, la communiste Meriem Derkaoui, a appelé à des « mesures concrètes et justes […] pour répondre à la colère légitime des jeunes de la Seine-Saint-Denis trop longtemps oubliés de la République »

Ce début de mobilisation intervient alors que le gouvernement est resté sourd et mutique face à la fronde qui a jalonné la mise en place de la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur, avec Parcoursup. Les organisations lycéennes espèrent aujourd’hui ne pas rater le coche et réussir la coagulation des revendications avec les autres corps entrés en révolte contre l'exécutif. 

À travers toute la France, les lycéens ont suivi les mots d’ordre de leurs organisations. À Limoges, par exemple.

Ou encore à Nice où les lycéens ont bloqué leurs établissements avant de converger vers la place Masséna, comme le rapporte Nice-MatinÀ Bourges aussi, l'appel a rencontré un certain succès. À Orléans, la situation a dégénéré, comme le raconte La Nouvelle République : « Des centaines de jeunes ont d'abord déambulé pacifiquement et sans véritable but dans les rues adjacentes aux établissements scolaires. Mais la situation s'est sérieusement tendue peu après 11 heures, où les forces de l'ordre, ciblées par des projectiles ont fait usage de gaz lacrymogène et de flashball pour disperser les attroupements », peut-on lire sur le site. 

À Toulouse aussi, les lycéens ont montré leur désapprobation vis-à-vis de la politique éducative menée par le gouvernement. 

Même scénario à Marseille où douze lycées ont été bloqués, selon le rectorat, comme l'écrit Marsactu.

Louis Boyard, président de l’Union nationale lycéenne (UNL), est satisfait de cette journée de mobilisation. « La lutte contre Parcoursup n’a pas fonctionné, explique-t-il. Là, le pouvoir fait face à un mouvement spontané de gens qui disent que leur quotidien est difficile à cause des politiques menées par Emmanuel Macron. » 

Un constat que partagent nombre de lycéens, selon lui. Il cite également les classes surchargées, le non-remplacement en cas d’absence d’un professeur ou les défaillances de Parcoursup. Sans oublier la réforme des lycées professionnels.

« Les gilets jaunes sont révoltés car leur situation n’est pas tenable. On se retrouve à travers cette colère face à Emmanuel Macron », poursuit le syndicaliste lycéen. Il n'a pourtant pas appelé formellement à rejoindre les gilets jaunes, à cause du caractère divers de ce mouvement. Il espère pourtant qu'il mettra fin à la léthargie du mouvement social. « Si les jeunes s’y mettent sérieusement, on peut faire tomber le gouvernement ! Les gilets jaunes ont redonné la lumière et la lueur d’espoir pour donner l’impulsion. »

Un constat partagé par Marouane Majrar, vice-président de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) qui avait de son côté appelé « sans ambiguïté » à « rejoindre les “gilets jaunes” ». « Il y a donc une opportunité à saisir. Dans ce contexte explosif, on a enfin la possibilité de se faire entendre par le pouvoir. »

Il explique « être submergé » d’appels de lycéens qui demandent de l’aide pour structurer le mouvement d’une manière pérenne. Il avoue aussi être « surpris » de la rapidité avec laquelle l’appel a été suivi d’effets.

Marouane Majrar relève une prise de conscience généralisée chez les jeunes, parmi lesquels figurent « ceux qui sont frustrés des résultats de Parcoursup ou ceux qui ne comprennent pas la réforme du lycée et se demandent quelle spécialité choisir en seconde ». Plus généralement, le jeune homme déplore « le mépris de Macron pour les plus précaires ».

Si les deux syndicats s'accordent sur de nombreux points, l’UNL ajoute à son éventail de revendications l’abrogation du service national universel, grande promesse d’Emmanuel Macron. « Ce n’est pas une priorité quand on supprime 2 650 postes d’enseignants. Il est censé créer de la citoyenneté et de la mixité sociale. C’est l’école qui doit produire cela. Sinon on inscrit l’échec de notre système scolaire dans la Constitution, puisque le président veut y ajouter le service national universel », estime Louis Boyard (UNL).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale