Macron, l'artifice de l'évaluation

Par

Le président de la République entend mettre en place une réforme du Parlement qui devra moins légiférer et plus évaluer. Mais sur la réforme du code du travail bientôt en discussion, les mots ne s'accordent pas aux faits.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Telle peut être la morale des propos d’Emmanuel Macron sur son engagement à ce que le Parlement légifère moins et évalue plus. Lors de son discours devant le Congrès lundi 3 juillet, le président de la République a repris l’un de ses slogans de campagne sur le travail des députés et sénateurs qui se doit d’être efficace, plus ciblé et tourné vers une plus grande évaluation des textes de loi plutôt que vers une inflation des votes. « Légiférer moins, c’est mieux allouer le temps parlementaire, c’est en particulier réserver de ce temps au contrôle et à l’évaluation », a-t-il exprimé à Versailles.