«Gilets jaunes»: Macron recule à contretemps

Par , et

Alors qu’il dénonçait jusqu’à présent les errements de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a fini par céder à son tour à la pression des « gilets jaunes », en suspendant la hausse des taxes sur les carburants. La majorité se félicite des mesures annoncées, mardi, par Édouard Philippe pour « ramener l’apaisement ». Mais certains craignent déjà qu’elles ne soient insuffisantes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron s’y refusait depuis le premier jour de son quinquennat. Les « gilets jaunes » l’auront finalement fait plier. Mardi 4 décembre, à l’issue d’une série de consultations avec les chefs de parti politique et d’une rencontre avec le groupe La République en marche (LREM) à l’Assemblée nationale, Édouard Philippe a annoncé la suspension pendant six mois de la hausse de la taxe carbone, de la convergence diesel-essence et de la hausse de la fiscalité sur le gazole entrepreneur non routier.