Violences sexuelles à l’université: le gouvernement améliore (un peu) la loi

Par

Après la révélation d’une série d’affaires visant l’enseignement supérieur et la recherche, le gouvernement a amendé l’organisation des procédures disciplinaires, dont les dysfonctionnements sont souvent patents. Les victimes pourront enfin être accompagnées. Mais une disposition est contestée, au nom de l’indépendance de la justice universitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les députés et les sénateurs sont tombés d’accord jeudi 4 juillet. Le projet de loi dit de transformation de la fonction publique va légèrement modifier le fonctionnement des procédures disciplinaires dans les affaires de violences sexuelles à l’université. Une des dispositions suscite une très vive opposition des enseignants-chercheurs.