Face à la presse, lundi 6 février, François Fillon a tenté, une heure durant, d’effacer les soupçons qui l’accablent. Les journalistes présents auront juste omis de l’interroger sur un volet : l’emploi de son épouse entre mai 2012 et décembre 2013 à la Revue des Deux Mondes, un titre propriété de son ami Marc Ladreit de Lacharrière. Pour le reste, décryptage d’un enfumage.