À Lyon, Mélenchon se pose en pacificateur des désordres du monde

Lors de son « meeting pour la paix », le candidat « non-aligné » a développé sa vision en matière de politique internationale, sans s'encombrer de précisions s'agissant de la guerre en Ukraine. Sur la politique extérieure comme intérieure, il a tenté d’installer un duel avec Macron, qu'il imagine pouvoir affronter au second tour.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce dimanche 6 mars, en début d’après-midi, les bombes continuaient de pleuvoir sur Marioupol et Kharkiv. Au même moment, à 3 000 km de l’Ukraine, c’est une marée humaine, diverse et bigarrée, qui se réunissait sous le froid soleil de Lyon, pour le « Meeting de la paix » de Jean-Luc Mélenchon. Un rassemblement qui restera dans les annales de cette campagne présidentielle par son ampleur - quinze mille personnes annoncées par les organisateurs. Mais aussi par sa gravité mêlée d’espérance.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal