Bygmalion: Sarkozy renvoyé devant le tribunal pour financement illégal

Par

Dans « l'affaire Bygmalion », le juge d'instruction Serge Tournaire a ordonné le renvoi de Nicolas Sarkozy devant le tribunal correctionnel pour « financement illégal de campagne électorale ». Son avocat va interjeter appel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À peine évincé de la présidentielle en cours, Nicolas Sarkozy est rattrapé par celle de 2012. À l’issue de deux années d’investigations dans « l'affaire Bygmalion », le juge d’instruction Serge Tournaire a estimé, dans son ordonnance de renvoi signée le 3 février, que l’ancien chef d’État devait être jugé pour « financement illégal de campagne électorale », pour avoir enfoncé le plafond de dépenses légal sans tenir compte des avertissements de ses experts-comptables (ses frais réels sont désormais estimés à 42,8 millions d’euros, pour 22,5 millions autorisés). Ce serait le second procès pour un chef de l'État sous la Ve République, après Jacques Chirac et sa condamnation de 2011 dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.