Valérie Pécresse, l’autre candidate qui aime les cabinets de conseil

À la tête de la première région de France, la candidate LR a attribué au moins 12 millions d’euros de marchés publics à différents cabinets privés. Une de ces sociétés, EY, s'est imposée depuis 2018 comme un partenaire privilégié de la Région Île-de-France. Plusieurs proches de Valérie Pécresse sont d'anciens consultants.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Sitôt le scandale révélé, leurs flèches ont filé droit. Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, a parlé d’un « scandale d’État ». Le député Julien Aubert, à la tête de la cellule « riposte » de la campagne, a dénoncé une « impression de conflits d’intérêts ». Et Valérie Pécresse ? À rebours de ses lieutenants, la candidate du parti Les Républicains (LR) a commenté avec modération la révélation, par le Sénat à majorité de droite, de l’influence « tentaculaire » des cabinets de conseil au cœur de l’État. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal