Cyberharcèlement de Mila : des peines de quatre à six mois de prison avec sursis prononcées

Par

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu son jugement mercredi, condamnant onze personnes pour « harcèlement en ligne », soit la quasi-totalité des prévenus. Elles devront verser 2 500 euros de dommages et intérêts à Mila.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Les réseaux sociaux constituent par principe un espace public », commence le président Michaël Humbert devant une salle comble. Après trois jours d’audience en juin, le tribunal correctionnel de Paris rendait mercredi matin sa décision très attendue dans l’une des « affaires Mila », celle où treize personnes répondaient de harcèlement et de menaces de mort contre l’adolescente, lors d’une salve de messages survenue en novembre 2020.