Le parquet accable Tapie et Richard mais épargne Guéant et Sarkozy

Par

Dans ses réquisitions rendues dans le cadre de l’arbitrage frauduleux de l’affaire Adidas, le parquet demande le renvoi en correctionnelle de Bernard Tapie, de Stéphane Richard (actuel patron d'Orange) et de quatre autres personnalités. En revanche, Claude Guéant est épargné, même si son rôle clef tout comme celui de Nicolas Sarkozy sont pointés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Attendues depuis de longs mois, les réquisitions du parquet dans le volet pénal de l’affaire Tapie ont été rendues le lundi 6 mars. Sans grande surprise, elles sont d’une grande sévérité à l’encontre de Bernard Tapie et de Stéphane Richard, ainsi que quatre autres personnalités impliquées dans le scandale du célèbre arbitrage frauduleux, mises en examen pour escroquerie en bande organisée et complicité de détournement de fonds publics. Mais l’ancien secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, est épargné, même si dans ses réquisitions le parquet pointe qu’il a joué, de même que Nicolas Sarkozy, un rôle clef dans l’histoire.