Agressions sexuelles: les communistes s’interrogent sur les «défaillances» du système d’alerte interne

Par

Deux militantes des jeunesses communistes ont témoigné début mars sur Twitter d’un viol qu’elles disent avoir subi chacune dans un cadre militant. Depuis, cette parole secoue leur mouvement, tout comme le PCF. Une nouvelle preuve de la difficulté de formuler, comme de recueillir les paroles sur les violences sexistes et sexuelles au sein d’organisations politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La traînée de poudre a été immédiate, d’abord au sein des milieux militants, puis auprès du grand public. Tout début mars, deux membres du Mouvement des jeunesses communistes de France (MJCF) témoignent sur Twitter du viol dont elles disent avoir été victimes de la part de cadres du mouvement. Dès le 5 mars, le quotidien L’Humanité publie leurs témoignages.