A Nice, l'hôpital rutilant neuf n'a pas l'eau potable!

Par

L'IUFC, institut de pointe dans le domaine ORL, a ouvert à Nice en 2011 dans un bâtiment ultramoderne mais sans eau potable. Depuis, le personnel patauge dans les microbes et, financièrement, l'établissement boit la tasse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Nice, l’IUFC (Institut universitaire de la face et du cou) a ouvert en 2011 sans avoir l’eau potable. Un comble pour un institut hospitalier de pointe doté des derniers équipements techniques et installé dans un immeuble ultramoderne de six étages qui a coûté plus de 30 millions d’euros. Deux ans après, malgré de multiples désinfections, filtrations et changements de robinetterie, il ne dispose toujours pas d’un réseau d’eau assaini. Seule l’adjonction continue de chlore permet de contenir une infection récurrente au Pseudomonas aeruginosa, bacille qui peut provoquer des pathologies mortelles chez des patients immunodéprimés.