Du haut des sondages, Hollande joue déjà l'après-primaire

Par et

Le favori des enquêtes d'opinion passe «par-dessus» les primaires en faisant une campagne de premier tour de la présidentielle. Mais la méthodologie des sondages est vivement contestée, et les autres candidats s'agacent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est LE favori. Chaque jour, François Hollande semble endosser davantage le costume du gagnant incontestable de la primaire socialiste. Ce sont les sondages qui le disent, et qui servent de socle à l'ensemble des commentateurs politiques. Lui-même parie sur le phénomène d'entraînement de l'opinion, qui avait fait gagner Ségolène Royal en 2006. Les suivants, eux, grincent des dents, ne cessent de rappeler que la primaire ouverte – une première en France – est par nature imprévisible, et dénoncent les méthodes des instituts de sondage.