Une enquête pour viols en réunion mise en péril par une série de fautes policières 

Auteurs de propos déplacés et menaçants contre des gardés à vue, les policiers chargés d’une enquête criminelle ont omis de filmer certaines auditions et refusé un avocat à l’un des suspects, en dépit de leurs obligations légales et déontologiques. C’est ce que révèle une retranscription mot à mot des enregistrements ordonnée par la juge d’instruction.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En septembre 2018, une mineure d’à peine 16 ans passe la porte du commissariat d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Entendue par la brigade de protection de la famille, elle vient dénoncer des viols commis par son petit ami et plusieurs de ses copains. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal