Drogues: «Il faut franchir le pas de la régularisation des marchés»

Par

Présidente de la « Commission globale sur la politique des drogues », Ruth Dreifuss regrette que la France reste à « mi-gué » avec la future création d'une amende punissant l'usage de cannabis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En juin 2011, plusieurs anciens dirigeants internationaux, dont l’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan et les anciens présidents du Brésil, du Mexique et de la Colombie, réunis au sein d’une Commission globale sur la politique des drogues, constataient l’échec de la guerre mondiale contre la drogue, lancée dans les années 1970 par le président américain Richard Nixon. « Les dépenses considérables engagées pour la criminalisation et la mise en place de mesures répressives visant les producteurs, les trafiquants et les consommateurs de drogues illicites ne sont visiblement pas parvenues à freiner efficacement ni l’approvisionnement ni la consommation », écrivaient-ilsEstimant que la prohibition était contraire au droit fondamental à la vie privée, et par ailleurs contre-productive, ils préconisaient la légalisation du cannabis et la dépénalisation pour les autres drogues.